Des pages palestiniennes fermées par Facebook

RéseauxLes Palestiniens craignent une censure après que des pages de sites d'informations n'ont plus été accessibles.

Pour les soutiens des Palestiniens, ces fermetures découlent d'une rencontre entre Facebook et des responsables israéliens.

Pour les soutiens des Palestiniens, ces fermetures découlent d'une rencontre entre Facebook et des responsables israéliens. Image: Archives/Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Facebook a présenté ses excuses après avoir fermé plusieurs pages liées à deux sites d'information palestiniens, sans dissiper chez les militants et journalistes palestiniens la crainte d'une censure à l'instigation d'Israël.

Le géant des réseaux sociaux a plaidé l'«erreur» après avoir un temps bloqué les pages de plusieurs dirigeants de Quds News Network (5,2 millions d'abonnés) et de Shehab News Agency (6,35 millions d'abonnés).

«Les pages ont été supprimées par erreur», a indiqué Facebook dans un communiqué, ajoutant qu'elles avaient été très vite rouvertes. «Notre équipe gère des millions de signalements chaque semaine et parfois nous nous trompons. Nous sommes vraiment désolés de cette erreur». Interrogée, la société basée aux Etats-Unis n'a pas donné plus de détail.

Censure

Pour les Palestiniens et leurs soutiens, ces fermetures sont le résultat direct d'une récente rencontre entre la direction de Facebook et des responsables israéliens qui accusent régulièrement les Palestiniens d'inciter à la haine et à la violence via les réseaux sociaux.

Les ministres israéliens de la Justice et de la Sécurité publique plaident pour criminaliser certains comportements sur Facebook ou sur internet.

«Nous craignons que Facebook n'aide l'occupation (israélienne) à fermer le seul espace d'expression libre pour les Palestiniens», s'est inquiété Iyad al-Rifaï, militant et porte-parole de la campagne lancée en soutien à Quds News Network et Shehab News Agency.

Le hashtag #FBCensorsPalestine et les autres déclinaisons de cette campagne ont été partagés et soutenus par des millions d'internautes depuis vendredi selon lui. Hussam al-Zaygh, directeur de l'information de Shehab News Agency, dénonce, lui, «une décision politique dictée par les Israéliens». «C'est notre droit en tant que journalistes palestiniens de faire entendre notre voix», dit-il.

Facebook a été accusé de censure ailleurs dans le monde. Il s'était attiré de vives critiques cet été en censurant la célèbre photo d'une petite Vietnamienne nue brûlée au napalm dans les publications d'internautes norvégiens, y compris de la Première ministre Erna Solberg, parce qu'il jugeait l'image contraire à ses règles sur la nudité. Facebook était ensuite revenu sur cette décision. (afp/nxp)

Créé: 26.09.2016, 18h56

Dossiers

Articles en relation

On ne badine pas avec la drague sur Facebook

Internet L'immersion des réseaux sociaux dans le jeu de la séduction pose des problèmes cornéliens inédits, révèle un sondage paru jeudi. Plus...

Facebook supprime un post de la cheffe d'Etat norvégienne

Réseaux sociaux Depuis vendredi, le site est accusé de censure. A plusieurs reprises, la photo iconique d'une fillette brûlée au napalm au Vietnam a été supprimée. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des rentes à vie des conseillers d'Etat est proche
Plus...