«Remember Me», chef-d’œuvre de SF française

Jeu vidéoJeu d'aventure-action made in France, le très original «Remember Me» tombe à pic pour remplir le creux vidéoludique de l'été.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des mutants dans le métro, des cyborgs au Sacré-Cœur et les Champs-Elysées transformés en bidonville inondé. Bienvenue dans le Paris futuriste de «Remember Me», un jeu d’aventure-action d’une profondeur rare tout droit sorti des studios français Dontnod.

Nous sommes en 2084. La société privée Memorize gère et manipule les souvenirs de tous les citoyens grâce à un dispositif greffé au bas du crâne. Dans les caves d’une Bastille de verre et d’acier, des ingénieurs sont en train de rebouter le cerveau de l’ennemi public n° 1 pour en faire un doux agneau. Soudain, un bug vient interrompre le processus, projetant l’héroïne dans une fuite éperdue pour sa survie.

Design-fiction très poussé

La mémoire à demi effacée, elle va devoir reconstruire ses souvenirs pour découvrir qui elle est vraiment et poursuivre son combat contre la corporation Memorize. Habile au combat, elle est surtout dotée de la capacité de «remixer» les souvenirs de ses adversaires afin de les manipuler.

Si l’histoire est captivante, c’est l’originalité de l’univers qui accroche au plus haut point. On sent le travail colossal de conception, auquel a été associé l’écrivain français Alain Damasio, auteur du très remarqué «La horde du contrevent» (2004).

Le design du décor et des objets est très poussé, fourmillant de détails et de références bien senties. Avec sa science-fiction «French Touch», «Rememeber Me» s’inscrit dans la tradition imaginaire et graphique d’un film comme «Le cinquième élément» (Luc Besson, 1997) mâtiné en bonus d’influences manga.

Dommage du peu

Le système de combat, évolutif et hautement personnalisable, est à la hauteur de la narration, même si l’animation des personnages paraît fortement datée. Dommage que l’exploration du jeu soit quasi inexistante. Nilin, l’héroïne, évolue presque exclusivement dans un décor guère plus large que quelques mètres.

Reste que «Remember Me» tombe à point nommé pour l’été, avec son scénario ultrafouillé et son univers parisien rempli de références qui nous changent des mégalopoles sombres que nous servent d’habitudes les jeux futuristes. On regrettera seulement que l’immense travail d’écriture ne soit pas servi par une réalisation plus fine et un univers davantage ouvert.

«Remember Me» - PS3, Xbox360, PC - 16 ans

(nxp)

Créé: 19.07.2013, 17h44

Articles en relation

«The Last of Us» fait un carton mérité

Jeux vidéo C’est le grand jeu du moment. Créateur d'émotions fortes, «Last of Us» collectionne les superlatifs. A raison. Plus...

Donkey Kong fait le plein de singeries

Jeu vidéo Le gorille star de la famille Nintendo vient faire un tour très inspiré sur 3DS dans «Donkey Kong Country Returns 3D». Plus...

Découvrez les jeux les plus attendus de l’année

Best of Le Salon mondial du jeu vidéo a fermé ses portes jeudi à Los Angeles. Découvrez les 10 jeux à ne manquer sous aucun prétexte de cette cuvée 2013-2014. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Donald à l'ONU
Plus...