IA: des principes éthiques pour le Pentagone

Intelligence artificielleAlors que les géants de la tech sont parfois réticents à collaborer avec l'armée, le Pentagone se dote de règles d'éthique dans le domaine de l'intelligence artificielle.

Le Pentagone, en Virginie.

Le Pentagone, en Virginie. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Pentagone a annoncé lundi l'adoption de «principes éthiques» pour l'usage par les forces armées de l'intelligence artificielle. Cette mesure est notamment destinée à convaincre les employés des géants technologiques américains de collaborer avec les militaires.

«L'intelligence artificielle changera beaucoup de choses sur le champ de bataille du futur, mais rien ne fera changer l'engagement inébranlable de l'Amérique à se comporter de façon responsable et légale», a noté le ministre américain de la Défense Mark Esper.

Le Pentagone, qui critique régulièrement l'utilisation qu'elle juge policière de la reconnaissance faciale par la Chine, s'engage notamment à attribuer à l'intelligence artificielle des utilisations «explicites et bien définies», selon un communiqué.

Équipements «gouvernables»

Ces équipements «intelligents», qui acquièrent eux-mêmes, par l'expérience, les capacités nécessaires pour accomplir les tâches qui leur sont assignées, seront aussi «fiables» et leurs spécifications seront transparentes, assure l'armée américaine. Ils seront enfin «gouvernables», c'est-à-dire qu'ils pourront être désactivés en cas de fonctionnement aberrant.

La question des armes autonomes reste un sujet de débat au sein du Pentagone, où le principe de base est que l'être humain doit «rester dans la boucle». La formule implique que la machine elle-même ne peut pas prendre la décision de tirer sur une cible.

Projet «Maven»

Ces principes ont été définis à l'issue de 15 mois de consultations avec des représentants des géants technologiques américains, des grandes universités et de l'administration sous la présidence d'Eric Schmidt, ancien président du conseil d'administration de Google.

Sous la pression de ses employés, Google avait renoncé en 2018 à un contrat avec le Pentagone destiné à aider les drones à mieux distinguer les objets des humains grâce à l'intelligence artificielle, un projet baptisé «Maven».

«Si nous avions eu les principes éthiques sur l'intelligence artificielle il y a trois ans (lors du lancement du projet Maven) et si nous avions été transparents sur ce que nous tentions de faire, peut-être que le résultat aurait été différent», a commenté le général Jack Shanahan, responsable de l'intelligence artificielle au Pentagone, en présentant ces nouveaux principes à la presse. (ats/nxp)

Créé: 25.02.2020, 01h00

Articles en relation

L'UE veut une intelligence artificielle responsable

Technologie La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a demandé ce mercredi que l'utilisation de l'IA soit «digne de confiance». Plus...

L'UE vise le leadership de l'intelligence artificielle

High-tech Margrethe Vestager, en charge du numérique pour l'Union européenne, ne veut pas laisser les Etats-Unis dominer le secteur de l'intelligence artificielle. Plus...

Mieux encadrer l'intelligence artificielle

Internet Le directeur d'Alphabet, maison-mère de Google, a annoncé lundi à Bruxelles qu'il souhaitait réglementer l'IA de manière «proportionnée». Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

C'est le week-end: restez chez vous!
Plus...