Passer au contenu principal

InternetGoogle veut éliminer les «cookies» à petit feu

Le géant du Web se donne deux ans pour se débarrasser des traceurs, dénoncés par les militants pour la protection de la vie privée.

Google veut en finir avec les traceurs qui identifient et suivent un internaute lors de sa visite sur le Web.
Google veut en finir avec les traceurs qui identifient et suivent un internaute lors de sa visite sur le Web.
Keystone

Google a annoncé mardi se donner deux ans pour éliminer de son navigateur les «cookies» des sites internet, ces petits modules électroniques d'identification qui vous suivent sur internet pour mieux cibler la publicité et dénoncés par les militants de la protection de la vie privée.

Le géant du web a indiqué que son programme «Privacy Sandbox» lancé en août permettrait toujours aux annonceurs de diffuser des messages ciblés, tout en évitant aux gens d'être suivis par ces «cookies» lorsqu'ils utilisent le navigateur Google Chrome.

L'objectif est de rendre les «cookies» de sites tiers (qui ne proviennent pas du navigateur utilisé mais du site visité), «obsolètes» d'ici «deux ans», a indiqué dans un billet de blog Justin Schuh de Chrome Engineering.

Ces petits traceurs, installés automatiquement lors de la visite d'un site internet, servent à identifier un internaute, à sauvegarder ses préférences mais aussi à établir son profil et à savoir s'il a vu, ou cliqué, sur une publicité. Leur utilisation est dénoncée par les partisans du respect de la vie privée, mais défendue par les développeurs de services en ligne gratuits qui survivent grâce aux revenus publicitaires qu'ils génèrent.

«Initiative open source»

«Notre objectif avec cette initiative open source (dont les codes sont accessibles à tous, ndlr) est de rendre le web plus privé et sécurisé pour les utilisateurs, tout en soutenant les éditeurs», a assuré Justin Schuh.

Bloquer purement et simplement les «cookies» n'est pas une bonne solution pour le géant américain qui craint que cela n'encourage des méthodes de traçage encore plus insidieuses.

Google n'a pas précisé par quoi il comptait remplacer ces «cookies» tiers, mais a dit «travailler activement» pour que les développeurs et éditeurs aient l'opportunité d'expérimenter de nouveaux mécanismes.

Reste à savoir si l'élimination progressive de ces traceurs donnera à Google plus de contrôle sur sa publicité en ligne, un secteur qu'il domine pour l'instant aux côtés de Facebook.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.