Facebook veut aider à trouver l'origine des infos

«Fake news»Facebook teste un nouvel onglet «contextuel» permettant aux utilisateurs d'en savoir plus sur la provenance des articles.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Facebook a indiqué jeudi qu'il testait un nouvel onglet «contextuel» permettant aux utilisateurs d'en savoir plus sur la provenance des articles postés sur le réseau social. Celui-ci veut une nouvelle fois montrer qu'il lutte contre la désinformation.

«Nous testons un onglet sur lequel on peut cliquer pour accéder facilement à des informations supplémentaires sans avoir besoin d'aller ailleurs», c'est-à-dire de quitter l'application Facebook, a indiqué le groupe américain sur son blog officiel.

Ce «contexte» supplémentaire pourra par exemple être la notice Wikipédia de l'éditeur qui a publié l'article, continue Facebook, accusé de servir de plateforme de désinformation via les fameuses «fake news» («infos bidon»). Quand il n'y a pas d'informations disponibles, Facebook le dira à l'utilisateur, ce qui peut être en soi un élément de contexte utile, est-il précisé.

Le réseau social assure que cette nouvelle fonctionnalité peut aider les utilisateurs «à évaluer si les articles proviennent d'un éditeur auquel ils font confiance et si l'histoire elle-même est crédible».

Les réseaux sociaux sont sous le feu des critiques depuis des mois, en particulier dans le cadre des enquêtes des autorités américaines sur une possible ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016, qui a mené à la victoire de Donald Trump.

Auditions publiques

Facebook, Google et Twitter multiplient les annonces destinées à montrer leur volonté de lutter contre les contenus douteux: fausses informations mais aussi apologie du terrorisme, appels à la violence...

Outre des auditions à huis clos qui ont déjà eu lieu, plusieurs parlementaires ont invité les trois géants d'internet à des auditions publiques le 1er novembre dans le cadre de l'enquête parlementaire sur une possible ingérence russe.

Dimanche soir encore, Facebook, Google et Twitter ont laissé passer un article donnant de fausses informations sur l'auteur de la fusillade de Las Vegas, le proposant même à des internautes comme résultat de recherche. (ats/nxp)

Créé: 05.10.2017, 23h07

Articles en relation

Facebook: mesures contre la manipulation politique

Etats-Unis Suite aux soupçons d'ingérence russe, le réseau social a présenté une série d'outils destinés à mieux contrôler les annonces sponsorisées. Plus...

Washington veut les données des anti-Trump

Facebook La Maison Blanche réclame à Facebook les données privées de milliers d'utilisateurs hostiles au président américain. Plus...

Google, Facebook, Twitter seront témoins

Enquête russe Le Sénat américain a appelé à témoigner les géants de l'Internet dans le cadre de l'affaire russe le 1er novembre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Inquiétude chez les employés de TAmedia
Plus...