Facebook: enquête sur les partages de données

JusticeUne enquête pénale est lancée aux Etats-Unis sur le partage des données des utilisateurs de Facebook avec d'autres entités.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des procureurs fédéraux à New York ont ouvert une enquête pénale autour des pratiques de Facebook, à propos du partage de données de ses utilisateurs avec d'autres entreprises parfois à l'insu de ses usagers, rapporte le «New York Times» mercredi.

Selon le quotidien, un grand jury à New York a exigé officiellement d'«au moins deux importants fabricants de smartphones» qu'ils fournissent leurs informations sur ce sujet, qui concernerait des centaines de millions d'utilisateurs selon le «NYT».

Facebook partage ou a partagé de nombreuses données personnelles avec des entreprises technologiques extérieures, dont les fabricants de smartphones par exemple, pour que ses services soient compatibles avec leurs systèmes d'exploitation ou diverses applications ou sites, au travers de «partenariats» -dont beaucoup ne sont déjà plus actifs selon Fabebook- signés avec ces groupes. La question est notamment de savoir si cela s'est fait de façon transparente pour les utilisateurs.

Facebook dit coopérer

Contacté par l'AFP, Facebook a indiqué qu'il était «connu que des enquêtes fédérales, y compris par le ministère de la Justice, étaient en cours. Comme nous l'avons déjà dit, nous coopérons avec les enquêteurs et prenons ces investigations au sérieux. Nous avons fourni un témoignage public, répondu à des questions et promis de continuer».

Facebook est soumis au feu roulant de polémiques autour de l'usage des données personnelles de ses utilisateurs depuis le scandale Cambridge Analytica (CA) il y a un an. Elus, régulateurs et enquêteurs dans le monde entier cherchent à déterminer si Facebook a caché d'une façon ou d'une autre les détails de ses pratiques de partage de données.

Rien qu'aux Etats-Unis, le régulateur du commerce, la Federal Trade Commission (FTC), et le gendarme boursier, la SEC, ainsi que le ministère de la Justice enquêtent sur les pratiques de Facebook en terme de gestion des données de ses usagers. Il fait aussi l'objet de plaintes venant d'Etats américains ou d'actionnaires.

Grosses amendes à la clé

Les données personnelles de dizaines de millions d'utilisateurs s'étaient retrouvées à leur insu aux mains de la firme britannique Cambridge Analytica, spécialisée dans les analyses de données, et qui travailla en 2016 pour la campagne du candidat républicain Dondald Trump, dévenu président des Etats-Unis.

Le réseau social aux 2,3 milliards d'utilisateurs risque au total des poursuites civiles et pénales avec notamment de grosses amendes à la clé. Rien que pour le dossier de la FTC, il pourrait selon la presse payer 2 milliards de dollars d'amende.

Les plus importants fabricants de smartphones sont le sud-coréén Samsung, l'américain Apple et le chinois Huawei. Mercredi soir, Facebook et ses différentes applications (Instagram, Messenger, WhatsApp) faisaient en outre l'objet d'une panne notable d'origine inconnue pour de nombreux usagers dans le monde depuis plusieurs heures. (afp/nxp)

Créé: 14.03.2019, 01h21

Dossiers

Articles en relation

Des millions d'«infox» sur les «gilets jaunes»

Réseau sociaux Les fausses informations circulant via Facebook au sein du mouvement des «gilets jaunes» ont été vues plus de 100 millions de fois, selon une étude. Plus...

Facebook veut pouvoir lire dans nos pensées

Etats-Unis Le patron du réseau social, Mark Zucker­berg, a dévoilé à Harvard qu'il voulait permettre aux utilisateurs de naviguer sur le net uniquement par la pensée. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...