Facebook doit cesser de pister les Belges

InternetLe respect de la vie privée n'est pas garanti par le réseau social, selon la justice belge, qui veut mettre le géant américain à l'amende.

Image: Archive/photo d'illustration/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La justice belge a exigé vendredi que Facebook cesse de pister les internautes en Belgique sans leur consentement, sous peine d'amende. Une décision contre laquelle le géant d'internet a annoncé son intention de faire appel.

Le groupe américain doit «cesser de suivre et d'enregistrer l'utilisation d'internet des personnes surfant depuis la Belgique, jusqu'à ce qu'il se conforme à la loi belge sur la vie privée», écrit le tribunal néerlandophone de première instance de Bruxelles, dans un communiqué résumant un jugement de 84 pages. «L'entreprise doit également détruire toutes les données personnelles obtenues illégalement», poursuit le tribunal.

Si elle ne se soumet pas au jugement, la multinationale devra payer une astreinte «de 250'000 euros (285'145 francs) par jour de retard, avec un maximum de 100 millions». «Nous sommes déçus du verdict. Et nous avons l'intention de faire appel», a réagi Facebook.

La justice belge était saisie par la Commission de la protection de la vie privée (CPVP). L'organisme estime que la société viole la loi belge sur le respect de la vie privée. «La Cour a pleinement suivi la position» de la CPVP, écrit le tribunal dans son communiqué.

Non membres pistés

En cause, l'utilisation par le réseau social des «cookies», ces micro-fichiers qui conservent les données ou les habitudes des internautes et continuent de les pister, qu'ils possèdent ou non un compte. Mais aussi les boutons «J'aime» ou «Partager» présents sur Facebook et que l'entreprise met aussi à disposition sur des sites tiers.

Même si «vous n'avez jamais visité le site de Facebook auparavant, Facebook peut suivre votre comportement de navigation, sans que vous vous en rendiez compte», souligne le tribunal.

«Le géant américain ne nous informe pas suffisamment sur le fait qu'il recueille des informations sur nous, sur la nature des informations qu'il recueille» et «sur ce qu'il fait de ces informations», conclut le tribunal. (ats/nxp)

Créé: 16.02.2018, 17h38

Dossiers

Articles en relation

Confidentialité: Facebook et Twitter à la traîne

Réseau social Le respect de la vie privée n'est pas assez bien respecté sur les réseaux sociaux, estime Bruxelles. Plus...

Facebook devra modifier ses conditions d'utilisation

Allemagne La justice allemande a contraint le groupe à modifier ses conditions contraires à la loi sur les données personnelles dans ce pays. Plus...

Zuckerberg admet des erreurs, 14 ans plus tard

Facebook Alors que le réseau social a fêté ses 14 ans lundi, le fondateur de Facebook a reconnu qu'il avait fait de nombreuses erreurs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

USA: les enfants de migrants séparés de leurs parents
Plus...