En dix ans, l’iPhone a révolutionné nos vies

TechnologieA l’occasion de la sortie de la version 8, retour sur l’impact de ce couteau suisse numérique qui a installé internet dans la poche du consommateur.

L’arrivée de l’iphone en janvier 2007 a  profondément modifié notre manière de travailler, de nous informer, de sociabiliser et de nous divertir.

L’arrivée de l’iphone en janvier 2007 a profondément modifié notre manière de travailler, de nous informer, de sociabiliser et de nous divertir. Image: KEYSTONE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Commander un taxi, faire ses courses en ligne, trouver une adresse sur une carte, prendre une photo ou écouter de la musique. Il y a dix ans, toutes ces activités exigeaient plusieurs supports. L’arrivée de l’iPhone en janvier 2007 a réuni ces pratiques en quelques clics et profondément modifié notre manière de travailler, de s’informer, de se sociabiliser, de se divertir… «Radicalement nouveau mais très familier à la fois, l’iPhone a réussi à s’immiscer subtilement dans notre quotidien, analyse Olivier Glassey, sociologue à l’Université de Lausanne et spécialiste des nouvelles technologies. On peut le comparer à un couteau suisse numérique, à la fois informatif et communicationnel.» Ses premières nouveautés – un écran tactile qui fonctionne uniquement avec les doigts sans l’aide d’un stylet et un design épuré – ont immédiatement séduit la planète entière, mais la vraie révolution a été l’intégration d’Internet directement sur le smartphone. Terminés les longs échanges au bistrot pour se souvenir du nom d’un acteur ou les débats autour de la définition exacte d’un terme. Pour le meilleur ou pour le pire, l’accès à l’information est désormais dans la poche, en permanence. «C’est une source de savoir sans limites et très appréciable, observe Sébastien Fanti, avocat et préposé à la protection des données du canton du Valais. Je l’utilise tous les jours, même en pleine audience pour vérifier un renseignement. Avec lui, on peut travailler partout. Il a allégé le poids des supports dont on avait besoin jusqu’à présent.» Le bureau mobile s’est étendu au détriment des cybercafés.

L’ouverture de l’App Store en 2008 a marqué un tournant décisif dans la création d’applications en tout genre, multipliant à l’infini les usages. «Apple a ouvert la voie à une génération de programmeurs prêts à s’engouffrer dans ce nouveau marché et a initié les microtransactions», poursuit Olivier Glassey. Les utilisateurs ont commencé à acheter en ligne, d’abord de la musique, puis toutes sortes de biens de consommation et de services. Les premiers jeux, à l’instar, par exemple, de l’application imitant une bière qui se renverse lorsqu’on fait le mouvement avec son smartphone, ne servaient à rien, si ce n’est s’amuser. Aujourd’hui les jeux se sont complexifiés, occupant une place prépondérante. «Socialement, le smartphone peuple les interstices de notre quotidien.» Chacun attend le bus le nez rivé sur son écran. «Il donne de la contenance. On pourrait l’assimiler à une forme de doudou qui nous accompagne en permanence.» Sébastien Fanti va même plus loin: «Aujourd’hui les gens se sentent plus démunis sans iPhone que sans carte de crédit.»

L’appel vocal est dépassé

Notre manière de communiquer a également été profondément modifiée avec l’arrivée des applications de messagerie de type WhatsApp. «C’est la première fois que les échanges sont mis en scène dans des bulles de discussion, de manière spatialisées», poursuit le sociologue. Les opérateurs mobiles ont constaté que l’appel vocal traditionnel était en régression au profit d’autres formes comme le déploiement de la vidéoconférence du type FaceTime, propre à l’iPhone. «La manière d’interpeller les gens a changé. On ne bloque plus forcément quelqu’un pendant 45 minutes au téléphone.» Le lien numérique a évolué jusqu’à l’écriture: la prolifération d’émojis, le système d’autocorrection ou de propositions de mots s’immisce davantage dans nos écrits.

«Carte d’identité unique»

L’appareil photo, outil incontournable du smartphone, a intensifié et popularisé la pratique du photographe amateur jusqu’à l’engouement mondial dès 2012 des fameux selfies. La géolocalisation mais aussi l’arrivée de l’empreinte digitale pour sécuriser l’appareil ont, eux, renforcé l’individualité de l’objet. «A l’époque un smartphone était interchangeable. Aujourd’hui, il mesure toutes sortes d’informations jusqu’à notre santé. Il devient une carte d’identité unique.» Sans oublier l’impact du smartphone sur notre gestuelle. Alors qu’il y a plusieurs années on devait se déplacer physiquement pour trouver du réseau dans une pièce, le mouvement a migré au niveau des doigts qui zooment sur l’écran pour agrandir une image.

Cage dorée, gare aux fuites

La révolution du smartphone a aussi démultiplié des risques, souligne Sébastien Fanti. Pressé, qui n’a pas envoyé par erreur un message à un mauvais destinataire? L’iPhone a développé notre tendance à tout partager, quitte à céder nos données biométriques. «Il provoque une vraie schizophrénie numérique puisque l’outil phagocyte les données personnelles, mais personne n’est prêt à y renoncer pour autant. Apple ne respecte pas le programme international de protection des données mais jouit pourtant d’une aura positive.» Si le premier iPhone en 2007 avait provoqué une vraie rupture, «le degré d’innovation des générations successives a souvent été inégal», précise Olivier Glassey. Le marketing étudié de la marque à la pomme a, par contre, réussi à créer «un écosystème où tous les appareils connectés incitent ses utilisateurs à ne plus en sortir», conclut l’avocat Sébastien Fanti.


Le design

Les premiers smartphones d’Apple, les iPhone Edge puis 3G et 3GS, avaient déjà cette forme arrondie que l’on connaît aujourd’hui. Les modèles 4 et 5 et leurs dérivés, dont la bordure est plus anguleuse et plus large, sont devenus emblématiques. Les formes s’arrondissent et s’affinent dès l’iPhone 6. La taille de l’écran augmente aussi, passant de 3,5’’ pour l’iPhone Edge à 5,5’’ pour le 7 Plus.


Une nouvelle gestuelle

Le lancement de l’iPhone a changé nos habitudes gestuelles. Désormais, on balaie l’écran de l’index pour déverrouiller son smartphone et pour faire défiler les infos ou images, et on zoome dextrement avec l’index et le majeur. Apple a d’ailleurs obtenu en 2011 la paternité d’un brevet lié à l’interface tactile d’un appareil mobile.


Les apps ou applis

Communication: Avec l’avènement des apps, le monde entier est connecté 24 heures sur 24, notamment via les services de messagerie (WhatsApp, FaceTime ou Skype) et les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram ou encore Snapchat).

Commerce et services: S’offrir une paire de Louboutin, s’initier à la méditation ou commander un Uber: les achats de biens et de services en ligne ont la cote.

Divertissement: Qui ne s’est jamais amusé à canarder ces sacrés piafs d’Angry Birds? Aussi chronophages que lucratifs, les jeux en ligne (parmi lesquels Candy Crush ou Farm King) se multiplient, de même que les apps de divertissement.

Information: Les dernières news sur le cyclone Irma? Il suffit de dégainer son smartphone pour suivre l’actualité. Tous les médias, dont «La Tribune de Genève», ont leur app.


L'iPhone dans l'histoire

En 2013, les très sélects Dictionnaires d’Oxford désignent le néologisme selfie mot de l’année. En août de cette année, un selfie du pape François en compagnie de fidèles se diffuse sur la Toile.

Après la tentative de putsch en Turquie, le 15 juillet 2016, le président Erdogan s’exprime via FaceTime, exhortant le peuple à descendre dans les rues pour contrecarrer le coup d’Etat.


Revivez l'histoire de l'iPhone via notre Timeline

(TDG)

Créé: 13.09.2017, 08h49

En chiffres

218,7

En millions, il s’agit du nombre d’iPhone que pourrait vendre Apple en 2017, selon les projections de l’International Data Corporation (IDC).

2,2

En millions, c’est le nombre d’applications qu’offre aujourd’hui l’App Store d’Apple, d’après Statista. L’App Store a ouvert en 2008.

70

En milliards, il s’agit des recettes engendrées par la boutique App Store, dont 20 milliards pour la seule année 2016.

552,6

En milliards, il s’agit du chiffre d’affaires cumulé dégagé par l’entreprise Apple grâce à son iPhone, pour les années fiscales 2007 à 2016.

1

En milliard, c’est le nombre d’iPhone vendus par Apple entre son lancement commercial en 2007 et
le 1er juillet 2016.

Articles en relation

Apple dévoile son modèle anniversaire, l'iPhone «X»

Technologie Deux autres modèles ont été conçus, baptisés 8 et 8 Plus. Les trois appareils possèdent des fonctions de réalité augmentée. Plus...

Revivez la présentation de l'iPhone X

Technologie La marque à la pomme voulait marquer les esprits pour le dixième anniversaire de son produit vedette. Malheureusement pour elle, elle n'a pas réussi à créer son effet de surprise. Plus...

Iphone, dix ans de folie

Apple Retour en vidéo sur l'histoire encore brève du smartphone à la pomme. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Des cadavres plastinés exhibés à Palexpo
Plus...