Deux funambules ont tendu leur fil à Leysin

VidéoDeux sportifs ont tiré leur highline entre les sommets d’Aï et de Mayen au-dessus d'un vide de 100 mètres.

Ephémère, la highline est tendue pour trois semaines entre les deux sommets, surplombant un panorama à couper le souffle. Le duo de passionnés en profite au maximum.
Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Suspendus entre deux montagnes emblématiques, embrassant les Alpes vaudoises et le Léman du regard, le Lausannois Raphaël Bacot et l’Agaunois Rémy Boser (Saint-Maurice, VS) ont réalisé un vieux rêve pour la première fois en septembre dernier.

Les deux passionnés de highline, qu’ils pratiquent à un niveau semi-professionnel «mais sans se prendre au sérieux», ont franchi pour la première fois les plus de 300 m séparant les tours d’Aï et de Mayen, sur un fil tendu à quelque 100 mètres au-dessus du sol. Une performance inédite à cet endroit, l’une des plus longues traversées entre sommets jamais réalisées en Suisse, guidée par le seul bonheur de vivre ce sport dans le cadre unique de la montagne.

«Emotion énorme»

«C’était une impression d’émotion énorme de marcher sur cette ligne, témoigne Raphaël Bacot. Profiter de l’endroit de cette manière, c’est une sensation incroyable, comme quand vous ouvrez une face en alpinisme.»

Sensation décuplée par l’aboutissement du long cheminement pour réaliser ce rêve vieux de plus de deux ans. En plus de l’autorisation de l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC), qu’il a fallu attendre de longues semaines, les deux titulaires de plusieurs records suisses dans la discipline ont cravaché ferme pour se préparer. «On n’est pas juste des cramés, relève Raphaël Bacot, notre aventure a été pensée dans les détails pour être encore plus sécurisée que lorsque vous descendez un escalier! Cela a représenté beaucoup d’énergie et d’argent.»

Le fil est encore tendu

Déplacements, logement et autorisations ont dû être organisés en parallèle aux études de l’un et au boulot de l’autre, sans compter les 150 kilos de matériel qu’il a fallu amener puis arrimer sur place, avec l’appui d’amis. Sésame de l’OFAC en poche pour tendre leur fil trois semaines durant entre les deux tours, les deux complices y ont évolué durant leur temps libre une semaine durant.

Leur plaisir se prolonge bien au-delà de la dimension «presque méditative de concentration totale dans l’instant» que représente la traversée d’un sommet à l’autre. «Ce que nous aimons, dans la highline en haute montagne, c’est qu’elle croise plusieurs disciplines: via ferrata pour monter le matériel, grimpe, ancrage et montage de la ligne, rando en été, peau de phoque en hiver, cette diversité fait aussi la beauté du projet.»

Concentrés sur la beauté de l’instant, les funambules ne rêvent pas d’autre destin à leur performance éphémère que les images vertigineuses imprimées dans leurs rétines et captées par les objectifs. «Nous avons juste envie de garder de beaux souvenirs.»

Créé: 12.10.2016, 13h48

Articles en relation

Un funambule entre les barres des Avanchets

Festival Antigel Le festival Antigel a lancé sa troisième édition avec un câble tendu à trente mètre du sol. Plus...

Des funambules assurent le spectacle sur le Rhône

Bords du Rhône Entre les tilleuls et les peupliers qui se font face, une corde molle et des artistes. Beau? Oui, très Plus...

Galerie photo

Highline à Leysin

Highline à Leysin Deux sportifs ont tendu leur fil entre les sommets d'Aï et de Mayen pour une traversée inédite

Une portion de ciel à sécuriser

Le tragique accident d’un hélicoptère militaire la semaine dernière le rappelle, les lignes aériennes constituent un danger. La performance accomplie à Leysin n’a pu se réaliser qu’avec l’accord de l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC).

En dialogue avec les sportifs, l’office a établi des conditions pour sécuriser ce site surtout fréquenté par les planeurs et les parapentistes. La highline a été signalée grâce à une ligne parallèle jalonnée de lumières infrarouges pour la nuit et de balises pour la journée. L’OFAC reçoit ce type de demandes depuis l’été 2015 et a déjà délivré une dizaine d’autorisations similaires.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands partis désemparés
Plus...