Les cyberattaques, principale menace en 2019

InternetLes entreprises sont particulièrement exposées dans les enregistrements dans le nuage de données («cloud») ainsi que dans l'internet des objets.

Le risque pour les sociétés d'être victimes de pirates informatiques va bondir en 2019.

Le risque pour les sociétés d'être victimes de pirates informatiques va bondir en 2019. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La thématique des cyberattaques devrait continuer de figurer parmi les principales préoccupations des entreprises suisses. «Le risque pour les sociétés d'être victimes de pirates informatiques augmentera encore largement cette année», a commenté Sonja Meindl, spécialiste en cybersécurité au sein du développeur Check Point, lors d'une interview avec AWP Vidéo.

Certaines tendances exposent les entreprises à de plus grands risques d'attaques, notamment les enregistrements dans le nuage de données («cloud») ou l'internet des objets. Dans ce domaine, «les appareils sont la plupart du temps trop peu protégés et sont à la merci des pirates informatiques», a expliqué Mme Meindl.

Des études ont également démontré que les piratages informatiques sont considérés par les entreprises comme le plus gros risque. Ce qui est surprenant est que ces dernières investissent beaucoup d'argent pour se protéger, mais continuent de se considérer comme vulnérables, indique-t-elle.

Le secteur financier de plus en plus vulnérable

Deux types d'attaques sont avant tout à craindre: les logiciels de rançon, utilisés comme moyen de pression sur les entreprises par les hackers, et l'exploitation de la puissance de calcul des machines pour miner des cryptomonnaies telles que le bitcoin, explique Mme Meindl.

Pour le directeur de l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma), Mark Branson, il est nécessaire de créer un centre national de cyberdéfense pour se prémunir des attaques. Dans une interview au journal dominical Sonntagszeitung, il a estimé que «le secteur financier est de plus en plus connecté et donc de plus en plus vulnérable».

Aucune banque n'a jusqu'à présent été paralysée par une attaque ou a perdu des données en grande quantité, mais il ne faut pas pour autant se sentir en sécurité, a averti M. Branson. En outre, les cyberattaques ne sont pas seulement le fait de criminels, mais peuvent également venir de certains Etats ou de terroristes. (ats/nxp)

Créé: 14.01.2019, 14h23

Articles en relation

Le Conseil fédéral se tâte sur le statut de «Mr Cyber»

Suisse Le Conseil fédéral n'est pas parvenu à se mettre d'accord sur le nouveau centre de compétences en cybersécurité et sur le poste de «Mr Cyber». Plus...

Armée: premiers cours de cyber-défense

Suisse En raison de la menace que représentent aujourd'hui les cyber-attaques, l'armée suisse a formé les premières recrues à devenir spécialistes dans le domaine. Plus...

Des cyber-soldats bientôt sur tous les fronts

Etats-Unis L'armée américaine a annoncé mercredi être prête à déployer des cyber-soldats sur les champs de bataille. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

C'est le week-end: restez chez vous!
Plus...