Une ville paie une rançon à des hackers

Etats-UnisLa ville américaine de Riviera Beach a vu tout son système informatique infecté par un virus. Pour y remédier, la ville a trouvé une solution radicale.

Le logiciel malveillant a perturbé les centrales d'appel d'urgence 911 et les stations de traitement des eaux.

Le logiciel malveillant a perturbé les centrales d'appel d'urgence 911 et les stations de traitement des eaux. Image: Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une ville de Floride a autorisé le versement d'une rançon de près de 600'000 dollars en bitcoins à des pirates qui ont paralysé ses réseaux informatiques. Selon le journal, l'attaque a débuté le 29 mai, quand un agent de la police municipale a ouvert un courriel de hameçonnage qui contenait un logiciel malveillant.

Celui-ci s'est propagé dans tout le système informatique de Riviera Beach, paralysant boîtes mail et lignes téléphoniques. Pendant trois semaines, les employés municipaux ont dû renouer avec des pratiques oubliées: les salaires ont été payés par chèque et les amendes rédigées à la main.

Logiciel malveillant

Potentiellement plus grave, le logiciel malveillant a perturbé les centrales d'appel d'urgence 911 et les stations de traitement des eaux. Dans un message publié sur son site internet le 5 juin, la municipalité avait évoqué un «incident de sécurité informatique» et assuré que «des équipes internes et des consultants extérieurs cherchaient à résoudre le problème».

La veille, elle avait débloqué un million de dollars pour acheter environ 400 nouveaux ordinateurs et d'autres équipements. Les courriels, les services financiers et les stations d'eau ont été progressivement rétablis, mais certaines données restaient inaccessibles lundi.

Plus de cinquante villes visées

Le conseil municipal espère que le versement de la rançon permette de les récupérer, mais sans certitude. La décision d'activer l'assurance de la ville pour payer les pirates a été votée cette semaine. La somme s'élève à 65 bitcoins, soit 592'000 dollars (580'600 francs), rapporte le Palm Beach Post.

Plus de cinquante villes américaines ont été visées par des attaques similaires au cours des deux dernières années, dont la ville de Baltimore (Maryland), qui a refusé de verser une rançon. Des hôpitaux, un aéroport et un port ont aussi été visés. (ats/nxp)

Créé: 20.06.2019, 22h14

Articles en relation

Des profils falsifiés sur les réseaux sociaux

Elections fédérales 2019 En phase de campagne électorale, les réseaux sociaux s'affolent. Et les «hackers» en profitent. Des profils sont falsifiés et des fausses nouvelles circulent. Plus...

Les nouvelles voitures facilement piratables

Suisse Les hackers peuvent très facilement prendre le contrôle d'une auto et la transformer en arme terroriste. C'est ce qu'ont démontré trois spécialistes, dont des Bernois. Plus...

Internet sous le coup d'une attaque inédite

Hackers Des attaques informatiques de grande ampleur parviennent à modifier les adresses des sites internet pour les pirater Plus...

La Confédération a dû dédommager des hackers

Suisse Trois pirates informatiques ont passé trop de temps en prison préventive. Ils ont été dédommagés. Mais les 130'000 francs alloués pourraient revenir à leurs victimes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.