Le natel, ce véritable couteau suisse

TéléphonieLes téléphones portables possèdent de nombreuses applications, jusqu'au détecteur de métaux. Un vrai laboratoire.

Le téléphone portable ne sert pas qu'à photographier et filmer.

Le téléphone portable ne sert pas qu'à photographier et filmer. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les smartphones abritent jusqu'à une douzaine de capteurs. Couplés à des apps, ces derniers transforment le téléphone mobile en véritable boîte à outils avec toute une série d'instruments de mesure, comme un niveau à bulles, une boussole, un luxmètre ou encore un détecteur de métaux.

A la faveur des nombreux capteurs dont ils disposent, les smartphones peuvent déterminer leur situation dans l'environnement qui les entoure. Les gyroscopes indiquent ainsi au téléphone portable la position dans laquelle il se trouve ainsi que la direction dans laquelle il se déplace ainsi que la vitesse de ses mouvements.

Mesure de la lumière

La boussole électronique du smartphone n'indique pas uniquement le nord, elle peut aussi mesurer d'autres champs magnétiques. En plus des photos, l'appareil peut également être utilisé comme appareil de mesure de la lumière.

Discrets, ces capteurs passent inaperçus et les utilisateurs peuvent se demander pourquoi l'écran s'allume lors d'un appel téléphonique ou pourquoi la sonnerie s'arrête lorsque l'appareil est déposé sur une table, son écran orienté vers le bas.

Expériences scientifiques

En installant l'app «Smart Tools» de PC Mehanik, les possesseurs de smartphones Android disposent sur leur écran d'une boîte contenant 40 outils. Parmi ceux-ci figurent contre toute attente un détecteur de métaux, un cardiographe, un système d'analyse sonore ou un niveau à bulle. Les propriétaires d'iPhone trouveront des fonctionnalités similaires dans l'application «Toolbox pro».

Les amateurs d'expériences scientifiques peuvent quant à eux essayer l'app «Phyphox» développée par l'Université d'Aix-la-Chappelle, en Allemagne. Disponible tant pour les appareils Android que ceux d'Apple, elle fournit les données «réelles» des nombreux capteurs des téléphones mobiles.

Mieux, l'app explique aussi comment procéder à certaines mesures tout en encourageant l'apprentissage par de nombreuses expériences. La plupart des valeurs mesurées peuvent même être enregistrées sous forme de séries de données dans le téléphone mobile, puis utilisées sur un PC pour d'autres évaluations. «Phyphox» permet en outre d'utiliser le smartphone comme appareil de mesure contrôlé à distance depuis un ordinateur.

Applications spécialisées

Des applications spéciales sont recommandées pour effectuer d'autres mesures, comme par exemple celle des pulsations cardiaques. La mesure du pouls sur un téléphone portable constitue une tâche relativement complexe du fait de l'utilisation simultanée de la lumière du flash et de l'optique de l'appareil photo. L'application gratuite Heart Rate Monitor résout généralement ce problème de manière satisfaisante sur différents téléphones Android.

Toujours côté Android, l'app «IR Remote Tester» permet quant à elle de détecter les signaux infrarouges. Un logiciel utile afin de savoir, par exemple, si la télécommande du téléviseur fonctionne toujours.

Les propriétaires de téléphones mobiles Android curieux de savoir que le signal des satellites GPS contient aussi des informations telles que la vitesse, l'altitude ou l'heure, peuvent installer l'application «GPS Status and Toolbox» d'EclipSim ou «GPS Tools» de VirtualMaze.

Le sens du goût

Et si les capteurs du smartphone ne suffisent pas, il est aussi possible d'en compléter la panoplie en reliant des instruments de mesures externes via une connexion sans fil Bluetooth. De tels appareils peuvent notamment mesurer la qualité de l'air, la tension artérielle, le taux de glycémie ou d'autres valeurs vitales, le tout à un prix modeste.

Et peut-être qu'un jour le téléphone mobile pourrait bien développer le sens du goût. Le laboratoire de recherche IBM à Rüschlikon, près de Zurich, a récemment présenté un capteur de la taille d'un ongle (hypertouch) qui détecte les liquides en quelques secondes. Cette langue artificielle peut distinguer différentes marques d'eau minérale en quelques secondes dans une application de téléphone portable avec le soutien de données sauvegardées dans le nuage. (ats/nxp)

Créé: 16.07.2019, 09h35

Articles en relation

Les données natel, utilisées pour prévenir les bouchons?

Projet Les mouvements des conducteurs seront évalués sur la base de données anonymisées fournies par Swisscom, assure l'OFROU. Plus...

Un jeune sur 20 est accro à son natel

Etude Quelque 37’000 jeunes de 12 à 19 ans, souffrent en Suisse de dépendance au téléphone portable, selon une enquête zurichoise. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.