Cryptomonnaie: des risques de tout perdre

EuropeLes autorités européennes de surveillance mettent une nouvelle fois en garde contre les monnaies virtuelles. Ce sont des produits très risqués et dérégulés.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les monnaies virtuelles comme le bitcoin montrent des caractéristiques évidentes de bulles financières. Les particuliers qui investissent dans ce type d'actifs risquent de perdre tout leur argent, ont averti les trois autorités européennes de surveillance (AES).

La valeur du bitcoin, plus connue des monnaies virtuelles, a bondi de plus de 1000% l'an dernier, mais elle s'est déjà effondrée environ de moitié depuis le début 2018 alors que les appels se multiplient en faveur d'une réglementation plus stricte sur ces actifs.

Les monnaies virtuelles sont des produits extrêmement risqués et dérégulés qui ne conviennent pas à des investissements, de l'épargne ou des plans de retraite, affirment lundi les trois AES qui supervisent respectivement les secteurs des banques (ABE), de l'assurance (AEAPP) et des marchés financiers (AEMF).

Extrême volatilité

L'information pour les particuliers désireux d'acheter des monnaies virtuelles est «dans la plupart des cas incomplète, difficile à comprendre, ne présente pas correctement les risques (...) et peut ainsi être trompeuse», écrivent ces agences dans un communiqué commun.

«Les monnaies virtuelles, comme le bitcoin, sont sujettes à une extrême volatilité de prix et ont montré des signes évidents de bulle financière et les consommateurs achetant (des monnaies virtuelles) devraient avoir conscience du risque élevé qu'ils perdent une grande partie, voire la totalité, de l'argent investi.»

Les monnaies virtuelles ne sont pas émises par des banques centrales et leurs transactions s'effectuent en dehors du cadre réglementaire de l'Union européenne.

Pas de couvertures

Aucun dispositif national ne permet de couvrir des pertes ou des vols dus à des défauts ou des piratages informatiques, insistent les AES, qui disent avoir déjà constaté de graves problèmes d'exécution sur certaines plates-formes de transactions.

«Au cours de ces perturbations, les consommateurs ont été dans l'incapacité d'acheter ou de vendre (des monnaies virtuelles) au moment où ils le souhaitaient et ont subi des pertes dues à des fluctuations de prix durant la période de perturbation», écrivent-elles. (ats/nxp)

Créé: 12.02.2018, 16h43

Articles en relation

Faceboook menace, le bitcoin chute

Publicité Le réseau social a annoncé vouloir bannir la publicité pour les cryptomonnaies. L'effet se fait déjà sentir. Plus...

Paris et Berlin veulent «réguler» le bitcoin

Marchés financiers La France et l'Allemagne vont proposer des mesures pour réglementer les cryptomonnaies. Plus...

Le bitcoin chute de 50% sous son pic de décembre

Marchés La cryptomonnaie s'échangeait à moins de 10'000 francs, mercredi matin, soit deux fois moins que sa valeur le 17 décembre. Plus...

Le bitcoin a perdu jusqu'à 18% mardi

Monnaie virtuelle La chute du bitcoin avoisine désormais 45% par rapport au pic de la mi-décembre. Plus...

Outre le bitcoin, d'autres cryptomonnaies flambent

Devises Il existe une quarantaine de devises virtuelles à avoir franchi le seuil du milliard d'euros de capitalisation, alors qu'elles n'étaient que sept il y a 6 mois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.