Brevets: BlackBerry poursuit Facebook

Etats-UnisBlackBerry attaque en justice Facebook et ses filiales WhatsApp et Instagram pour violation de ses brevets de messagerie.

Image d'illustration

Image d'illustration Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

BlackBerry poursuit le réseau social américain Facebook et ses filiales WhatsApp et Instagram en justice pour violation de brevets. Il les accuse d'avoir copié la technologie et certaines fonctionnalités de BlackBerry Messenger.

Une porte-parole du groupe canadien a déclaré dans un communiqué que cette action intervenait après des années de négociations et que BlackBerry avait l'obligation envers ses actionnaires d'employer les recours juridiques appropriés.

De son côté, le directeur juridique adjoint de Facebook, a déclaré dans un communiqué que le réseau social avait l'intention de contester ces poursuites.

La monétisation des droits de propriété intellectuelle de BlackBerry est un élément-clé de la stratégie du directeur général, John Chen, de redressement des comptes du groupe canadien, dont les revenus sont en baisse depuis six ans en raison notamment de la chute de ses ventes de smartphones. (ats/nxp)

Créé: 07.03.2018, 01h27

Dossiers

Articles en relation

BlackBerry veut reconquérir le marché suisse

Télécoms La firme canadienne lance vendredi son nouveau téléphone portable Keyone, qui se pare notamment d'un clavier physique et d'une autonomie accrue. Plus...

BlackBerry cesse de fabriquer ses téléphones

Télécommunications Le canadien BlackBerry, jadis leader du marché des téléphones portables, a annoncé mercredi qu'il allait cesser la fabrication de ses appareils. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Tunisie: un projet de loi veut que les femmes héritent autant que les hommes
Plus...