Apple limite le pistage des usagers par les sites

InternetLa marque à la pomme veut empêcher les sites et applis de pister les internautes via les «cookies». Facebook semble dans sa ligne de mire.

Craig Federighi, en charge des logiciels pour Apple, lors de la conférence annuelle des développeurs à San José, près de San Francisco. (Lundi 4 juin 2018)

Craig Federighi, en charge des logiciels pour Apple, lors de la conférence annuelle des développeurs à San José, près de San Francisco. (Lundi 4 juin 2018) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le groupe Apple a annoncé lundi vouloir empêcher les applications et sites internet de pister les utilisateurs de ses appareils via les «cookies», un tacle adressé en particulier à Facebook, toujours empêtré dans le scandale des données personnelles.

«Nous pensons que vos données privées doivent rester privées», a déclaré lundi Craig Federighi, un des dirigeants d'Apple, en charge des logiciels. Et «nous pensons que vous devez contrôler qui les voit», a-t-il ajouté lors de la conférence annuelle des développeurs à San José, près de San Francisco.

«Il semble que les ( cookies liés au) bouton J'aime (de Facebook) puissent être utilisés pour vous pister» sur internet, a-t-il dit. «Donc cette année, nous y mettons fin», a-t-il ajouté.

Les «cookies» sont des petits blocs d'informations échangés entre l'appareil de l'internaute et le site internet pour que ce dernier reçoive des informations sur sa fréquentation. Ils permettent de suivre l'internaute de page web en page web.

Accord de l'utilisateur

Par exemple, si un internaute clique sur l'icône «J'aime» ou «Partager» de Facebook placée sous un contenu (article, publicité) présenté sur une page web quelconque, Facebook reçoit des informations (anonymes) relatives à l'usager qui a cliqué.

Dans le moteur de recherche d'Apple, Safari, le nouveau système «intelligent de prévention du pistage» aidera désormais à «empêcher les boutons J'aime et Partager des réseaux sociaux et (les fonctions qui permettent de commenter un contenu) de pister les utilisateurs sans leur permission», a encore expliqué la marque à la Pomme dans un communiqué.

Concrètement, des boîtes de dialogues demanderont à l'utilisateur s'il est d'accord pour que ses informations partent vers des sites et applications. «Il va devenir beaucoup plus difficile pour les entreprises de données d'identifier votre appareil et de vous pister», a ajouté M. Federighi.

«Toutes ces protections figureront dans (le nouveau système d'exploitation pour ordinateur Mac) Mojave et dans (le système d'exploitation mobile) iOS 12» qui sortent cette année, a précisé lors de la conférence M. Federighi.

Facebook cloué au pilori

Cette annonce intervient alors que Facebook s'est dit lundi «en désaccord» avec les conclusions du quotidien The New York Times, selon lequel les fabricants de smartphones auraient pu avoir accès aux données personnelles des utilisateurs sans obtenir leur consentement en installant une interface Facebook sur leur smartphone.

Facebook est cloué au pilori depuis mi-mars pour avoir laissé échapper les données personnelles de dizaines de millions d'usagers à leur insu vers la firme Cambridge Analytica, liée à la campagne présidentielle de Donald Trump aux Etats-Unis en 2016.

Apple a aussi annoncé lundi, un mois après des déclarations similaires de Google, vouloir aider l'utilisateur à la déconnexion numérique grâce, paradoxalement, à son ... smartphone, en améliorant notamment la fonction «Ne pas déranger», en permettant de rejeter plus facilement les notifications des applications, ou encore en contrôlant et en limitant le temps passé sur son smartphone. (afp/nxp)

Créé: 04.06.2018, 23h53

Dossiers

Publicités politiques: un Etat américain poursuit Facebook et Google

L'Etat américain de Washington (nord-ouest) a annoncé lundi poursuivre en justice Google et Facebook qu'il accuse d'avoir enfreint une loi locale sur les publicités politiques. La loi y stipule que les entités qui vendent des espaces publicitaires pour des messages à caractère politique, comme les deux géants technologiques, doivent «conserver les informations sur ceux qui les achètent» et les rendre publiques.

Articles en relation

Samsung devra payer 533 millions à Apple

Justice La justice américaine a condamné Samsung à payer une amende de 533 millions de dollars à Apple pour avoir copié l'iPhone. Plus...

Apple abandonne son projet en Irlande

Technologies Le géant américain voulait créer un immense centre de données sur la côte ouest de l'Irlande, estimé à 850 millions d'euros. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...