Passer au contenu principal

PandémieHausse des théories conspirationnistes antisémites

Les théories conspirationnistes antisémites se sont multipliées sur internet pendant la pandémie. Elles sont surtout relayées par les sceptiques du Covid-19 qui instrumentalisent aussi la Shoah.

Image d’illustration.
Image d’illustration.
AFP

Hors d’internet, 47 incidents antisémites ont été enregistrés en Suisse alémanique en 2020, indiquent la Fédération suisse des communautés israélites (FSCI) et la Fondation contre le racisme et l’antisémitisme (GRA) dans leur rapport annuel.

Il s’agit essentiellement d’insultes (11 cas), de graffitis (15) et d’un dommage matériel. Aucune agression physique n’a été recensée. Le rapport étant basé sur des déclarations volontaires, le nombre effectif de cas est difficile à déterminer. Il en va de même pour internet, car il n’est pas possible de recenser l’ensemble des incidents.

Évolution similaire dans tout le pays

L’évolution est la même dans tout le pays, notent la FSCI et la GRA. En Suisse romande, qui fait l’objet d’un rapport séparé qui sera présenté en détail mardi, il y a eu une diminution des agressions physiques et verbales et aucun cas de vandalisme contre des synagogues n’a été signalé. Les cas d’antisémitisme sur internet ont par contre augmenté.

En Suisse alémanique, la pandémie a déclenché des réactions antisémites. Sur Telegram notamment, 143 incidents ont été recensés sur sept chats de groupe, soit un peu moins d’un tiers des cas enregistrés sur internet.

Les messages contenaient des théories conspirationnistes, des déclarations et des images antisémites. Beaucoup de ces messages ont été critiqués et aucune pensée antisémite majoritaire n’a pu être identifiée parmi les sceptiques du Covid-19. Par rapport à d’autres pays, les théories du complot semblent avoir moins d’approches antisémites, selon le rapport.

Renforcer les poursuites pénales

Toutefois, les déclarations relatives à la pandémie montrent à quel point les théories du complot concernant le coronavirus sont attrayantes pour les antisémites, soulignent la FSCI et la GRA. La prévention et les poursuites pénales devraient être renforcées dans ce domaine et les médias sociaux doivent faire face à leurs responsabilités.

La FSCI et la GRA considèrent que l’appropriation du thème de l’Holocauste par les sceptiques du Covid-19 est très problématique. Lors de manifestations et sur internet, ils ont à plusieurs reprises affiché des étoiles jaunes juives avec l’inscription «non vacciné» ou «attestation de masque». Les deux associations demandent que l’instrumentalisation de la Shoah et sa banalisation soient combattues avec véhémence.

ATS