Passer au contenu principal

AutomobilismeHamilton remet les pendules à l’heure

Le Britannique a remporté son premier GP de la saison, dimanche en Autriche. Ferrari s'est complètement raté.

La joie dans le camp Mercedes au passage de la ligne de Hamilton.
La joie dans le camp Mercedes au passage de la ligne de Hamilton.
AFP

Retour à la normale en Styrie: Lewis Hamilton, en retrait la semaine dernière pour le retour de la F1, a dominé le deuxième Grand Prix de la saison dimanche, de nouveau en Autriche, où les Ferrari de Leclerc et Vettel se sont ridiculisées dès le 3e virage.

Les qualifications, disputées samedi sous une pluie battante, avaient déjà laissé entrevoir le retour du Britannique au top de sa forme. En quête d'une septième couronne mondiale qui ferait de lui l'égal de Michael Schumacher, Hamilton probablement vexé par sa 4e place initiale lors du GP d'Autriche dimanche dernier, a donc écrasé de sa classe le premier GP de Styrie de l'histoire, sur ce même Red Bull Ring de Spielberg, en Autriche, sept jours plus tard.

«Je suis reconnaissant d'être de retour à la première place»

Lewis Hamilton

«C'est génial d'être de retour en piste et à ce niveau. L'équipe a été super sur la stratégie. Je suis reconnaissant d'être de retour à la première place. Ca faisait longtemps depuis la dernière course de l'an dernier. C'est un beau pas en avant après un week-end difficile la semaine dernière», a commenté Hamilton dès sa descente de voiture.

L'image du jour restera malheureusement bien moins glorieuse pour les deux Ferrari de l'Allemand Sebastian Vettel et du Monégasque Charles Leclerc. En plein virage 3, alors que la course venait seulement de s'élancer, Leclerc a décollé sur un vibreur en tentant de dépasser par l'extérieur son équipier dont il est venu arracher l'aileron arrière.

Bilan: deux abandons avant même que l'on puisse parler du début de course. Un naufrage.

Leclerc: «J'ai fait le con»

«C'est de ma faute. J'ai fait le con, tout simplement, il faut l'avouer quand ça se passe comme ça», a admis le Monégasque au micro de Canal+, juste après avoir présenté ses excuses à son équipier devant les caméras.

Un joli raté qui plonge déjà la Scuderia dans la crise, alors que Leclerc avait, de manière inespérée, sauvé les meubles de l'écurie italienne la semaine passée (2e) grâce à des abandons en cascade et des pénalités favorables, pendant que Vettel n'avait pu faire mieux que 10e.

«C'est un cauchemar dont j'espère me réveiller», a admis le quadruple champion du monde allemand, en fin de bail chez Ferrari.

Mercedes va bien

Tout va bien en revanche donc, pour Mercedes. Après le succès inaugural et plein d'autorité de Valtteri Bottas dimanche dernier, Hamilton offre un 2e succès en deux courses à la marque allemande. Mieux, Bottas, longtemps barré par le Néerlandais Max Verstappen finalement 3e, donne un premier doublé cette saison à Mercedes et conserve la tête du classement des pilotes.

Le deuxième rendez-vous de la saison a également confirmé les bonnes dispositions des Racing Point, même si au final les 6e et 7e places de Sergio Perez et Lance Stroll, dépassés dans les derniers mètres par l'exceptionnel Lando Norris (McLaren 5e), peuvent paraître mal payées.

Réclamation de Renault

Des Racing Point qui se retrouvent avec une réclamation de Renault sur le dos. L'écurie française met en cause sa concurrente pour avoir copié les écopes de freins de la Mercedes sacrée en 2019. La requête a été jugée admissible par les commissaires de course et doit désormais être étudiée.

A noter également, la solide 4e place d'Alexander Albon, sur l'autre RedBull, et le point du meilleur tour en course récupéré en fin de course par Carlos Sainz Jr (9e de la course derrière la Renault de Daniel Ricciardo).

AFP