Passer au contenu principal

Gruyère et gastronomieGuy Ravet et sa femme tiennent leur pinte

Le chef de Vufflens-le-Château reprend la Pinte des Vernes, au pied du château de Gruyère.

Un décor boisé et chaleureux.
Un décor boisé et chaleureux.
DR

Guy Ravet a beaucoup de talent mais aussi énormément d’énergie. En plus de signer avec son père Bernard la cuisine de l’Ermitage, à Vufflens-le-Château (19/20 au «Gault&Millau»), il a ouvert à l’automne, toujours en famille, l’Esprit Ravet, à Gstaad. Il préside également les Grandes Tables de Suisse, qui regroupe les meilleurs restaurants du pays. Mais une nouvelle aventure ne décourage pas ce grand coureur de fond.

Il a repris, avec sa femme Mariia, la Pinte des Vernes, à Pringy, au pied du château de Gruyère. «Nous connaissons les propriétaires, qui ont construit notre maison familiale à Vufflens. Nous étions allés manger là-bas, nous avons adoré l’endroit, puis les tenanciers ont décidé de partir. Nous nous sommes décidés.»

Voilà donc le couple gérant de cette pinte toute boisée, dont ils veulent garder l’esprit. Mariia Ravet, avocate ukrainienne que le chef a rencontrée à Lausanne, a trouvé là un emploi qui lui plaît, puisqu’elle ne peut pas exercer le droit dans notre pays. Elle sera sur place, à l’administration et à l’accueil, secondée par Jeannette, qui avait tenu la pinte il y a quelques années.

«Je veux montrer qu’on peut faire de très bons plats avec des choses simples, à des tarifs accessibles»

Guy, lui, reste évidemment à Vufflens-le-Château, sa priorité. Mais il signe la carte courte et gourmande, comme s’il était un consultant, carte qu’exécutera sur place Dimitri Molodskikh, ancien du Nice de Genève. Et il sera présent le dimanche, jour de fermeture en bas. «Nous avons repris un peu en catastrophe le 10 décembre. Alors, bien sûr, il y a beaucoup de travail au lancement. Mais on est clairement dans un autre registre qu’à l’Ermitage. Je veux montrer qu’on peut faire de très bons plats avec des choses simples, à des tarifs accessibles.»

La croûte au fromage combine gruyère et vacherin, avec du jambon et des épinards. le jambonneau se laque d’épices, et la cuisse de poulet fermier se parfume de moutarde. «Nous tenons à garder la clientèle locale, qui vient simplement boire un verre ici. Et à attirer les touristes qui sont nombreux dans la région, entre le château et la Maison du Gruyère qui est à deux pas. Cela fait beaucoup de passages.» Reste surtout à savoir quand les restaurants pourront rouvrir enfin.

Pinte des Vernes Route du Pâquier 7, Pringy. www.pintedesvernes.ch

5 commentaires
    Alea Jacta Est

    vu les prix pratiqués, c'est bon pour les bobos mais pas la plèbe