Passer au contenu principal

Les Blogs en partenariat avec la Tribune de GenèveGrandes orgues à Compesières

Faut-il reconstruire et agrandir les grandes orgues de l’église de Compesières? Je ne le crois pas.

Ce billet est signé par un blogueur de la plateforme de Blogs en partenariat avec la Tribune de Genève et n’engage pas la rédaction.

La paroisse de Compesières a décidé mardi 9 mars, de mandater Claire Vernain Haugrel, directrice du festival Les Musicale de Compesières et Véronique Buchs Dewaele de poursuivre la recherche de fonds en vue de collecter 1,5 million de francs destiné à reconstruire et agrandir l'orgue de Compesières. L'instrument actuel fêtera son centième anniversaire l'an prochain.

Je me suis opposé en l'état à cette aventure.

J'estime en effet que si tant est qu'un tel investissement se justifie alors que plusieurs orgues de valeur existent à Genève - notamment à Lancy et à Carouge-, la construction et l'exploitation d'un nouvel instrument de concert devraient être envisagés d'emblée dans le cadre d'un partenariat élargi avec une ou plusieurs communes et des entreprises dans le cadre d’une structure juridique ad hoc du genre association des amis de l’orgue de Compesières.

Le projet présenté devant une vingtaine de paroissiens masqués ne manque pas d'ambition. Dans sa grande dimension, il prévoit d'élargir le meuble existant de la tribune sur toute la largeur du bâtiment pour y loger de nouveaux jeux et, en option, de construire dans le chœur un positif associé, dont les tuyaux se dresseraient entre les vitraux.

La dimension du nouvel instrument est-elle compatible avec l’acoustique du bâtiment? N’y aura-t-il pas des problèmes liés au site de Compesières, a-t-on demandé? Des réponses rassurantes ont été fournies. Les porteurs du projet ont promis d’étudier ces questions sans apparemment y voir d’obstacles rédhibitoires.

Conseillée par l'organiste du Victoria Hall, Diego Innocenzi, Claire Haugrel a déjà fait venir six facteurs d'orgue à Compesières. Elle a porté son dévolu sur la maison allemande Eule. Un choix idéal, dit-elle avec son enthousiasme habituel. Personne n’était en mesure de le contester. Personne ne s’est demandé si le génie de Compesières était compatible avec un orgue allemand plutôt que français ou suisse.

Si tout va bien le nouvel orgue pourrait être inauguré en 2024. La directrice des Musicales espère décrocher d'ici cet été l'engagement ferme de deux ou trois gros sponsors capables de mettre sur la table la moitié du budget. Ensuite elle affirme pouvoir boucler le budget en sollicitant de plus petits sponsors et en recourant à d’autres modes de financement, restant évasive sur ces modes alternatifs: mettra-t-on des tuyaux en souscription comme jadis les places assises dans l’église? Un nouvel orgue est de nature à augmenter les locations de l'église, ce qui contribuera à l'équilibre des comptes de la paroisse, ont plaidé plusieurs personnes. La dernière rénovation de l'église en 2007 avait déjà été réalisée dans le but d'adapter l'édifice religieux à l'organisation de manifestations musicales.

Le comité de la paroisse pense qu'on peut sans autres aller de l'avant et se défend de signer un chèque en blanc au duo promoteur. L'assemblée extraordinaire l'a suivi, se contentant de poser des questions techniques (la température doit être maintenu à 17 degrés au moins, le degré hygrométrique resté constant, etc). J'ai été le seul à remettre en cause le projet, le qualifiant de non nécessaire et non urgent au regard des besoins et de la situation de la paroisse qui ne peut seule porter un tel projet. J’ai même tenté un petit laïus théologal qui est tombé complètement à plat. (Ci-dessous)

Après le vote de confiance, un document de travail de 12 pages a été distribué. Il dévoile quelques détails du projet. L'affaire ne sera cependant engagée que si la totalité de la somme est effectivement rassemblée, a répété le président Crettenand. Une nouvelle assemblée devra donc sans doute donner un feu vert définitif cet automne. Le temps de former une association solide et élargie pour conduire ce projet à chef?

Reste un point clé: qui va piloter à l’avenir la paroisse, laquelle ne parvient plus à renouveler ses effectifs depuis plusieurs années? Le comité de la Société Saint-Sylvestre, plusieurs fois reconduit dans ses fonctions faute de successeur, n'a toujours pas de réponse à cette question. Rempilera-t-il en juin pour un nouveau mandat?

La solution ne serait-elle pas d’élire Claire Haugrel présidente de la Société Saint-Sylvestre? Une telle désignation aurait un double avantage: celui de d’apporter une certaine sécurité juridique à la réalisation de ce projet en impliquant directement son auteur, celui aussi de refonder la Société Saint-Sylvestre, dont le but serait de créer des événements culturels, la paroisse devenant de facto un des usagers d’un des bâtiments emblématiques du site de Compesières.

(À suivre)

Les autres billets de Jean-Françoise Mabut à lire ici: Vu du Salève: Genève…