Passer au contenu principal

Fermeture des établissementsGilles Meystre est devenu l’urgentiste des cafés et restaurants

Manifestation à Lausanne, lettre au Conseil fédéral: le président de GastroVaud et coordinateur romand de la branche est en première ligne de la crise du Covid et crie à l’état d’urgence.

Gilles Meystre, président de GastroVaud, lance un SOS désespéré aux autorités cantonales et fédérales.
Gilles Meystre, président de GastroVaud, lance un SOS désespéré aux autorités cantonales et fédérales.
Yvain Genevay / Le Matin Dimanche

«Tout ne semble que désespoir ou incompréhension, et notre avenir s’écrit désormais à l’encre noire et funèbreLa lettre, envoyée cette semaine au Conseil fédéral par Gilles Meystre et ses homologues romands commence ainsi, avec cette dramaturgie-là, ce vocabulaire qui fleure l’emphase et le danger, tranchant avec le ton supposé d’un notable et député PLR. Gilles Meystre, 45 ans, dont cinq passés à la présidence de GastroVaud, bon vivant, blagueur souvent, ne s’attendait pas à cosigner un jour pareil courrier.

Auparavant, s’adressant dans une autre missive aux élus cantonaux et communaux, il utilisait déjà une violence inédite: «La peur au ventre», «la rage», «l’enterrement programmé», et ces mots étaient en gras dans le texte.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.