Passer au contenu principal

Xi Jinping en maître de la Genève internationale

Dans un Palais des Nations bunkérisé, le président chinois a loué le travail des Nations Unies et de ses agences.

Après Davos où il s’est posé en chantre de la globalisation, le président chinois Xi Jinping est passé par Genève et le siège de l’ONU, mercredi, pour réaffirmer son attachement au multilatéralisme.

En fin d’après-midi, le cortège de limousines noires et de véhicules de police s’est engouffré dans un quartier international vidé de ses occupants. Les fonctionnaires internationaux avaient été invités à quitter les lieux pour des raisons de sécurité. Vers 16 heures, les hélicoptères de la police ont commencé leur rotation au-dessus du parc de l’Ariana et des bâtiments onusiens pour surveiller le site et veiller à ce qu’aucun incident ne vienne perturber la visite officielle, tandis qu’au sol, des chars antiémeutes prenaient place.

Lire aussi: Le commerce entre Genève et la Chine est en plein essor

La seule manifestation autorisée était celle organisée, place des Nations, par des Chinois venus rendre hommage à leur président. Un rassemblement «bon enfant» d’environ deux cents à trois cents personnes, organisé par les autorités chinoises elles-mêmes. De bonne source, certains des participants, venus de Suisse et de pays voisins, ont été payés et hébergés. Les quelques pro-Tibétains qui ont tenté d’investir la place des Nations en début d’après-midi, eux, n’ont pas eu le loisir de crier leur colère. Leur manifestation ayant été interdite, ils ont été embarqués par la police.

Tout a été fait pour que rien n’entrave le déroulement de cette ultime journée du président chinois en Suisse. A son arrivée, Xi Jinping s’est d’abord rendu au siège de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) où son épouse, Peng Liyuan, a été décorée pour son engagement en faveur de la lutte contre le sida. A l’issue de cette cérémonie, le couple présidentiel a rejoint le Palais des Nations. Le président chinois a pu s’entretenir avec le nouveau secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

A 18 h, l’hôte d’honneur des Nations Unies a prononcé un discours devant les représentants de la communauté diplomatique pour évoquer l’engagement de la Chine au sein de la Genève internationale et de ses différentes enceintes multilatérales. Lors de son intervention, d’une heure, Xi Jinping a réitéré sa volonté d’un monde sans armes nucléaires et défendu les Conventions de Genève mais aussi la Charte des Nations Unies. Un engagement à promouvoir «la croissance, la paix, la sécurité, le développement durable» totalement occulté par des mesures de sécurité hors norme.

Le verrouillage qui a accompagné le déplacement de Xi Jinping ne s’est pas arrêté à la place des Nations. A l’intérieur du palais, les journalistes accrédités n’ont pas été autorisés à pénétrer à l’intérieur de la salle des Assemblées où s’exprimait le président chinois. Impossible même de prendre une image de l’arrivée du cortège officiel. Du jamais vu! La venue de Xi Jinping se voulait un signe adressé à la communauté internationale, un gage de normalité visant à rassurer ses partenaires. La Chine apparaît bien comme un acteur à part entière au sein de l’ONU mais certainement pas comme l’égal des autres. Tous ceux qui ont eu l’occasion d’approcher Xi Jinping décrivent un homme ouvert et avenant, offrant un visage aux antipodes des moyens déployés autour de lui pour le protéger. «J’ai pu avoir un dialogue très constructif. C’est quelqu’un de chaleureux, très conscient du rôle de la Genève internationale et du multilatéralisme», témoigne François Longchamp, qui a pu s’entretenir avec le président chinois dans le train, entre Lutry et Genève. Le président du Conseil d’Etat a eu le sentiment d’avoir eu en face de lui un homme extrêmement «accessible», contrairement aux apparences.

"Xi Jinping n'a eu de cesse de répéter que Genève était une place importante pour la paix et le dialogue", retient le maire de Genève, Guillaume Barazzone qui a assisté au repas donné à l'issue du discours.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.