Votations: les élus veulent des explications

Genève- soupçon de fraude Les membres de la commission de contrôle de gestion du Grand Conseil vont entendre lundi la chancelière et le président du Conseil d'Etat.

Michèle Righetti, chancelière d'Etat.

Michèle Righetti, chancelière d'Etat. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les élus genevois veulent des explications sur les soupçons de fraude électorale révélés jeudi suite à une perquisition dans les locaux du service des votations. La Commission de contrôle de gestion du Grand Conseil va mener des auditions lundi.

«Nous allons entendre la chancelière Michèle Righetti, le président du Conseil d'Etat Antonio Hodgers et le directeur du service des votations Patrick Ascheri», a indiqué samedi à Keystone-ATS Bertrand Buchs, membre de la commission. Le député PDC confirmait une information de la RTS.

La commission de contrôle de gestion s'est auto-saisie de cette affaire qui secoue le canton depuis jeudi. L'ouverture d'une enquête pour fraude électorale suite aux dénonciations de deux collaborateurs du service a fait souffler un vent de panique à Genève.

L'ensemble des partis est abasourdi par le fait que le coeur même de la démocratie puisse être touché. En jeu également, les votations du 19 mai qui comportent des échéances cruciales pour le canton avec la réforme de la fiscalité des entreprises et la restructuration de la caisse de prévoyance des fonctionnaires.

Cellule de crise

Le président du Conseil d'Etat Antonio Hodgers s'est toutefois voulu rassurant vendredi soir en affirmant qu'il n'existait pour le moment aucun élément qui permettait de mettre en cause l'intégrité de ce scrutin. Une cellule de crise a été mise sur pied pour exercer une supervision rapprochée du processus électoral et la sécurité a été renforcée, a-t-il souligné samedi dans la Tribune de Genève.

Ces précautions ne suffisent pas au PLR Genève. Le parti demande samedi par le biais d'un communiqué que «la Chancellerie fédérale, garante du bon déroulement des votations fédérales, intervienne et assure un scrutin du 19 mai conforme au droit». C'est une contribution essentielle à la restauration de la confiance, relève le PLR Genève.

Par ailleurs, la Commission électorale centrale, chargée du contrôle des opérations électorales, tirera lundi un bilan intermédiaire dans le cadre de son travail, a précisé samedi son président Samuel Terrier. Il revenait sur une information de la Tribune de Genève.

L'affaire a éclaté après que deux collaborateurs du service de votations ont dénoncé auprès de la Cour des comptes le comportement d'un de leurs collègues. La Cour des comptes, estimant que les actes évoqués pouvaient avoir un caractère potentiellement pénal, avait transmis l'affaire au Ministère public en février dernier.

Des inconnues

L'enquête a débouché sur une perquisition et l'interpellation d'un collaborateur qui aurait, lors de plusieurs opérations électorales, détruit ou ajouté des bulletins de vote. A ce stade, l'ampleur de cette éventuelle fraude n'est pas connue. Il faudra attendre les conclusions du Ministère public pour y voir plus clair.

Ces soupçons de fraude font planer une lourde menace sur la votation cantonale de mars 2015 sur la nouvelle loi sur la police qui avait passé de justesse par 54 voix. Le MCG envisage de faire recours. D'autres anciens élus recalés dans les urnes pourraient aussi activer la justice. (ats/nxp)

Créé: 11.05.2019, 16h32

Articles en relation

Fraude électorale: l’État active une cellule de crise

Crise politique Le suspect arrêté jeudi a été entendu. Des bulletins de vote pour le 19 mai, déchirés, ont été trouvés lors de la perquisition au service des votations. La classe politique réagit. Plus...

L’affaire pourrait affecter le vote du 19 mai

Politique Le Grand Conseil devra débattre des conséquences de l'affaire de fraude électorale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.