Les violences domestiques sont en forte hausse à Genève

statistiqueA Genève, les infractions pour violences domestiques ont augmenté de 12,2% en 2013, par rapport à l'année précédente, alors que le nombre total d'infractions au Code pénal suisse a baissé de 10,9%.

La violence domestique est principalement subie ou exercée dans un contexte conjugal, au sein du couple (42 %) ou après la séparation (17 %). Mais pour 38 % des personnes recensées, il s'«agit de violences entre parents et enfants mineurs.

La violence domestique est principalement subie ou exercée dans un contexte conjugal, au sein du couple (42 %) ou après la séparation (17 %). Mais pour 38 % des personnes recensées, il s'«agit de violences entre parents et enfants mineurs. Image: ARCHIVES/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La proportion d'habitants du canton victimes ou auteurs de violences est passée de 1 à 1,2% l'an dernier, ont indiqué ce lundi 29 septembre les départements de la sécurité et de l'économie (DSE) et présidentiel (PRE). Ce taux ne tient compte que des données des quinze institutions membres de l'observatoire genevois des violences domestiques.

La hausse est due à une augmentation du nombre des infractions ne mettant pas directement la vie des victimes en danger, à savoir les injures, la contrainte et les voies de fait, précise le communiqué. En revanche, le nombre d'homicides, de tentatives d'homicide, de viols, de lésions corporelles graves et de séquestrations-enlèvements a baissé entre 2012 et 2013.

Cette situation s'explique par une meilleure connaissance du phénomène, tant du côté des victimes que de la police, ou encore par une dénonciation systématique, déjà au stade des injures et des voies de fait. Les campagnes de prévention menées depuis 2009 pourraient aussi porter leurs fruits.

Violence psychologique

Dans le détail, les institutions membres de l'observatoire ont été en contact avec 5879 personnes, dont 4089 victimes directes et 1298 auteurs de violences domestiques. La majorité des victimes sont des femmes; les hommes constituent les trois quarts des auteurs de violences.

La violence domestique est principalement subie ou exercée dans un contexte conjugal, au sein du couple (42 %) ou après la séparation (17 %). Mais pour 38 % des personnes recensées, il s'«agit de violences entre parents et enfants mineurs. La violence domestique la plus fréquente est d'ordre psychologique. Elle représente 85% des prises en charge, contre 66% pour la violence physique.

Ces données ont été recueillies par les quinze institutions membres de l'observatoire des violences domestiques, dont font partie la police, le Pouvoir judiciaire et des associations. Afin d'avoir des données plus complètes, comme le recommande la Cour des comptes, le délégué aux violences domestiques va améliorer les contacts et échanges entre les secteurs public et privé, indique le communiqué. (ats/nxp)

Créé: 29.09.2014, 13h37

Articles en relation

La violence dans le couple peut coûter cher

Etude Les frais directs de la violence en couple sont chiffrés entre 164 et 287 millions des francs par an, selon une étude publiée mardi par le Bureau fédéral de l'égalité. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des soins pour Vincent Lambert
Plus...