La Ville veut plus de places d’apprentissage

FormationUn fonds doté de 1,5 million doit soutenir les entreprises qui engagent des apprentis.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: Keystone / ARCHIVES

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Soutenir les entreprises qui engagent des apprentis: voilà le but du fonds d’apprentissage municipal, doté de 1,5 million de francs, qui a été présenté hier en collaboration avec le Canton. Pour chaque nouveau contrat conclu en Ville de Genève, ce fonds permet d’offrir aux professionnels entre 3000 et 5000 francs. Dès 2017, grâce à un partenariat avec le Département de l’instruction publique (DIP), les entreprises concernées pourront avec cet argent bénéficier d’un coaching, pour leur venir en aide sur les questions administratives liées à la prise en charge d’apprentis. Ce dispositif constitue l’une des mesures du plan d’action pour l’apprentissage mis en place par le Conseil d’Etat.

La création de ce fonds est la concrétisation d’une initiative populaire, acceptée par le Municipal en 2012. La conseillère administrative Sandrine Salerno, à la tête des Finances en Ville, et la conseillère d’Etat en charge du DIP Anne Emery-Torracinta ont insisté sur la nécessité de valoriser la formation professionnelle sur notre territoire fortement tertiarisé. «Dans le canton, il y a très peu d’entreprises qui forment des apprentis – elles sont 9% contre 18% dans le reste de la Suisse. Celles qui le font jouent un rôle indispensable dans la formation des jeunes. Il est important de les encourager et d’inciter d’autres à le faire.» Anne Emery-Torracinta précise que moins de 5% des jeunes ici choisissent cette voie. «Ces filières ont du mal à les attirer mais nous avons constaté que nous pouvons agir là-dessus, par exemple en faisant du démarchage dans les cycles.»

Le fonds sera vite évalué pour voir si la somme de 1,5 million annuel répond aux besoins. Les entreprises percevront 3000 francs en engageant un jeune en CFC et 5000 francs pour un contrat AFP (Attestation de formation professionnelle), qui s’adresse à une population plus fragilisée, notamment des jeunes quittant prématurément l’école. Pour bénéficier de l’aide, l’entreprise doit avoir un pourcentage d’apprentis d’au moins 10% en regard du nombre d’employés. Une condition qui permet de cibler les PME puisque ce sont elles qui forment le plus d’apprentis et ont le plus besoin d’être soutenues.

(TDG)

Créé: 15.09.2016, 17h33

Articles en relation

Plus d'argent demandé pour l'apprentissage

Formation La formation, la recherche et l'innovation devraient bénéficier de quelque 26 milliards de francs pour 2017 à 2020. Le Conseil des Etats veut une rallonge de 100 millions pour la formation professionnelle. Plus...

Un site recense les places d'apprentissage

Suisse Pour des milliers de jeunes, la recherche d'une place de formation pour l'année 2017 est lancée. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Assemblée du PLR sur l'affaire Maudet
Plus...