Passer au contenu principal

Tentatives de meurtre à Saint-Jean: une victime est sortie du coma

Le plaignant sera entendu dans le courant du mois par la police judiciaire.

La victime tunisienne a été retrouvée au pied de ce temple.
La victime tunisienne a été retrouvée au pied de ce temple.

L’enquête sur les deux hommes agressés sauvagement la nuit du 6 au 7 janvier dans le quartier de Saint-Jean va prendre un sérieux coup d’accélérateur. Et pour cause, d’après nos renseignements, une des deux victimes est récemment sortie du coma. Son état de santé s’améliore de jour en jour. Défendu par Me Laura Santonino, ce Suisse de 37 ans va donc être entendu ce mois par des inspecteurs de la police judiciaire. En revanche, la seconde victime, également blessée à la tête, se trouve encore dans le coma et son état de santé est jugé très critique par les médecins.

Rupture amoureuse

C’est le bouillant pénaliste Me Simon Ntah, d’ordinaire un habitué de la défense, qui représente ce Tunisien âgé de 36 ans: «Mon client est maintenu dans un coma artificiel par les médecins qui lui administrent des sédatifs. Il est l’aîné d’une fratrie qui est arrivé à Genève quand il était enfant.» Les autres frères et sœurs seraient eux nés en Suisse. Selon nos renseignements, ce Nord-Africain, sans emploi depuis l’an dernier, s’est récemment séparé de sa copine et a donc dû déménager chez sa sœur où il vivait au moment des faits. «Comme le confirme le père de mon mandant, ce dernier a toujours été un jeune pacifique cherchant à apaiser les conflits, ajoute Me Ntah. Mon client est un homme sans histoire qui n’aime pas les embrouilles.»

Le procureur Dario Nikolic a ouvert d’ores et déjà une procédure pour tentative de meurtre. Au lendemain du drame, les premiers éléments de l’enquête indiquaient que plusieurs s’était acharné sur ces deux hommes qui se connaissent puisqu’ils sont amis. Vers 1 h 10, le duo s’apprêtait à rentrer après une fraîche soirée passée à discuter sur la tranchée couverte de Saint-Jean. Le Tunisien a été roué de coups à la tête et sur le haut du corps. Il a été retrouvé baignant dans son sang, incapable de parler, presque inconscient.

Que s’est-il passé? Après avoir pris la fuite, il a tenté de se réfugier dans l’immeuble d’un ami, mais il a buté sur le code d’accès. Ses assaillants l’ont alors rattrapé, le frappant encore à la tête. Des tessons ont été employés, mais aussi une courte barre de fer, selon un témoin de la scène. Alertés par un voisin, les secours ont retrouvé ce Tunisien très grièvement blessé, devant le temple de Saint-Jean. Les agresseurs, eux, se sont enfuis. Ils sont recherchés par les enquêteurs.

«Il revient de loin»

Les policiers, qui croyaient à un acte isolé, ne se doutaient pas qu’un autre homme, un Suisse d’origine haïtienne, avait été aussi attaqué. Ce dernier, qui gisait sur la tranchée couverte entourée de végétation, n’a été découvert que 3 h 30 plus tard, soit vers 4h45. Les victimes, qui ont rapidement été placées en coma artificiel, se trouvent dans un état très critique, indiquaient à l’époque des proches. Ceux-ci ne s’expliquent toujours pas un tel déchaînement de violence. Ils dépeignent deux hommes qui n’ont jamais passé pour être des bagarreurs. Le Suisse de 37 ans, aujourd’hui sorti du coma, se souvient-il des détails de la soirée et de ceux de l’agression subie? Contactée, son avocate Me Santonino se refuse à tout commentaire. «Il revient de loin», précise une source proche des familles, encore sous le choc.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.