Taux négatifs et UE plombent la place financière

GenèveLa Fondation Genève Place Financière a rappelé que près de la moitié des actifs sous gestion en Suisse provient de l'étranger.

Yves Mirabaud, président de la Fondation Genève Place Financière, s'en prend une nouvelle fois aux taux négatifs.

Yves Mirabaud, président de la Fondation Genève Place Financière, s'en prend une nouvelle fois aux taux négatifs. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La place financière genevoise continue de trainer les taux négatifs comme un boulet. A cela, il faut ajouter les incertitudes liées au dossier institutionnel avec l'Union européenne. «La place financière retient son souffle», a imagé le banquier Yves Mirabaud.

Le président de la Fondation Genève Place Financière (FGPF) a rappelé l'importance de l'accès au marché européen. «Pour la place financière suisse en général et genevoise en particulier, la notion de relations bilatérales revêt une importance primordiale, car son activité s'oriente largement vers une clientèle internationale», a déclaré mardi M. Mirabaud.

Les actifs sous gestion en Suisse proviennent pour près de la moitié de l'étranger. La part «européenne» de cette masse représente 1000 milliards de francs, a souligné Yves Mirabaud en conférence de presse. La FGPF soutient encore et toujours l'accord-cadre négocié avec Bruxelles, qui permet de poursuivre les relations bilatérales entre la Suisse et son principal partenaire commercial.

Le Conseil fédéral doit donner un signal fort en ce sens après les élections fédérales du 20 octobre, selon le président de la fondation, qui publie mardi son enquête conjoncturelle 2019.

Pour Yves Mirabaud, de nombreuses voix s'élèvent par ailleurs pour fustiger «l'inefficacité» des taux négatifs. «La BNS doit toujours autant intervenir sur les marchés et son bilan continue à enfler», a constaté le banquier, associé gérant senior du groupe Mirabaud.

Cet instrument de politique monétaire entrainerait des «effets pervers». Yves Mirabaud déplore notamment une prise de risque toujours plus importante de la part des investisseurs, avec une surpondération de l'immobilier dans les portefeuilles. Aux yeux de la FGPF, il faut absolument éviter une nouvelle baisse des taux. La BNS doit «songer à supprimer cette mesure contreproductive dès que possible». (ats/nxp)

Créé: 08.10.2019, 10h21

Articles en relation

Voilà ce que gagnent les banquiers genevois

Place financière Genève célèbre son rôle de capitale de la finance «durable» cette semaine. Mais quel est l’état de santé réel de ses grandes banques? Plus...

Pierre Maudet plaide pour une finance durable

Genève L'appel du conseiller d'Etat genevois intervient alors que se tient la Building Bridges Week qui va tenter de rallier la Genève des banques à celles des organisations internationales. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Selon Hodgers, les récentes votations bloqueront la construction de 20.000 logements
Plus...