Passer au contenu principal

Fonction publiqueLes signes religieux restent interdits à Genève

La Chambre constitutionnelle de la Cour de justice à Genève a refusé d'accorder l'effet suspensif à un recours contre la nouvelle loi genevoise sur la laïcité.

La nouvelle loi genevoise sur la laïcité a été acceptée par le peuple.
La nouvelle loi genevoise sur la laïcité a été acceptée par le peuple.
Keystone

A Genève, le port de signes religieux par des fonctionnaires demeure interdit jusqu'à nouvel avis. La Chambre constitutionnelle de la Cour de justice a en effet refusé d'accorder l'effet suspensif à un recours déposé par le mouvement SolidaritéS et plusieurs femmes musulmanes contre la nouvelle loi genevoise sur la laïcité.

Cette décision de justice a été communiquée Solidarités lundi. Le recours, qui avait été déposé le mois dernier, met prioritairement «l'accent sur la question de l'interdiction de travailler dans l'administration publique munie d'un voile islamique». Une des recourantes est directement touchée par la loi.

Soldarités a dit regretter la décision de la cour constitutionnelle, notamment du point de vue de l'égalité de traitement. Le mois dernier, la même juridiction, sur recours d'une élue verte, avait en effet accordé l'effet suspensif à l'interdiction de siéger dans un parlement en portant un signe religieux.

Solidarités reste néanmoins confiante sur la suite de la procédure. Le mouvement d'extrême gauche espère que la justice admettra que la loi sur la laïcité de l'Etat «comporte des violations constitutionnelles graves et qu'elle l'amputera des articles dénoncés» par son recours.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.