Passer au contenu principal

Comment un score en hausse peut cacher une baisse

Le rebond des partis traditionnels est plus poussif que ne le laissent croire leurs scores au Grand Conseil.

Le visage trompeur du nouveau Grand Conseil genevois.
Le visage trompeur du nouveau Grand Conseil genevois.
Infographie de Gilles Laplace

Les partis qui ont gouverné Genève depuis la fin des années 90 semblent rebondir après des années de pression exercée par la droite populiste. Mais c’est en partie un trompe-l’œil. L’examen détaillé de l’élection, dimanche, du Grand Conseil réserve des surprises. Le PS, Les Verts, le PDC et le PLR ont certes empoché douze sièges supplémentaires, soutirés à la droite dure (UDC, MCG). Il n’est toutefois pas évident qu’ils bénéficient d’un «regain de confiance», comme l’a affirmé le vice-président du PLR, Christian Lüscher.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.