Passer au contenu principal

Un scandale en Ukraine atterrit à Genève

Un oligarque ukrainien soupçonné d’homicide involontaire se trouverait toujours à Genève.

Le 18 août, la Mercedes S65 de Petro Diminskiy percute un autre véhicule, dont la conductrice meurt sur le coup. (Photo d'illustration)
Le 18 août, la Mercedes S65 de Petro Diminskiy percute un autre véhicule, dont la conductrice meurt sur le coup. (Photo d'illustration)
DR

«Petro, reviens tant qu’il n’est pas trop tard!» Cet appel émotionnel d’Anton Herashenko, conseiller du ministre de l’Intérieur ukrainien, à l’oligarque Petro Diminskiy, n’a visiblement pas été entendu. L’homme ne s’est pas manifesté depuis son départ d’Ukraine pour Genève mardi après-midi. Des éléments compromettants l’impliquent dans un homicide involontaire.

Petro Diminskiy, 62 ans, est le propriétaire, entre autres, d’un club de football et d’une chaîne de télévision. Le 18 août, sa belle Mercedes S65 percute un autre véhicule, dont la conductrice meurt sur le coup. Petro Diminskiy rejette le blâme sur son garde du corps. «Il est impossible d’affirmer qu’il était vraiment au volant au moment de l’accident», précise, prudent, le procureur général Iouriy Loutsenko. Mais plusieurs témoignages et une série de vidéos diffusés dans les médias ukrainiens discréditent la défense de Petro Diminskiy. Mardi, celui-ci est appelé à se présenter devant les enquêteurs en tant que simple témoin. Au lieu de cela, il file à l’aéroport de Lviv, prend un avion, un Cessna immatriculé en Autriche, et atterrit à Genève, selon nos recherches. Pourquoi Genève? Petro Diminskiy y vient régulièrement, sans qu’on n’ en connaisse les raisons. Mercredi, l’oligarque se rend à la clinique Générale-Beaulieu. L’établissement ne fait aucun commentaire. Qu’il soit encore hospitalisé ou non, Petro Diminskiy serait en tout cas toujours à Genève.

Reste que sans demande d’entraide judiciaire formulée par la justice ukrainienne, la Suisse ne peut lancer aucune action à l’encontre de Petro Diminskiy. Or, rien ne vient. L’oligarque doit d’abord être considéré comme suspect dans l’affaire. Hier, aucun représentant du Bureau du procureur ou du Ministère de l’intérieur n’a pu être joint. Dans l’opinion publique ukrainienne, Petro Diminskiy est déjà devenu un symbole de la justice sélective et des abus du système oligarchique.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.