L’Autre Salon est prêt à absorber celui de l’auto

GenèveIronique et alternative, la manifestation dédiée aux mobilités durables se fait bien du souci pour son inspiration principale.

L'Autre Salon se tiendra du 7 au 12 mars, soit aux mêmes dates que le Geneva International Motor Show. Les Bains des Pâquis seront un de ses centres de gravité, comme dans l'image ci-dessus, en mars 2014.

L'Autre Salon se tiendra du 7 au 12 mars, soit aux mêmes dates que le Geneva International Motor Show. Les Bains des Pâquis seront un de ses centres de gravité, comme dans l'image ci-dessus, en mars 2014. Image: Patrick Gilliéron Lopreno

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’heure est grave. Les facétieux organisateurs de l’Autre Salon craignent pour la survie de la manifestation dont la leur constitue le miroir inversé et qui se retrouve par ricochet menacée de déclin. «Notre existence dépend de lui», s’alarme Marcel Mühlestein, de l’Autre Salon. Malgré ces sombres perspectives, l’événement alternatif est prêt à dérouler à nouveau, pour sa onzième édition, un programme ludique autour de la mobilité.

Avec les Grottes ou les Bains des Pâquis comme centres de gravité, plutôt que Palexpo, l’Autre Salon se tiendra du 7 au 12 mars, soit les dates exactes du Geneva International Motor Show. Lequel envisage de virer par-dessus bord ce motor et de le remplacer par une mobility davantage dans l’air du temps, sur fond de réchauffement climatique. «Le Salon de l’auto finit par nous rattraper, commente Éric Vanoncini, du comité de l’Autre Salon. Confronté à des problèmes économiques, il se met à une autre mobilité, mais il le fera toujours avec un objectif économique.» Et de relever que le problème spatial que l’automobile pose en milieu urbain reste entier, quel que soit le mode de propulsion envisagé. «Immobiles 98% du temps, les voitures prennent une place folle et, même si elles deviennent propres, cela ne fluidifiera pas le trafic, poursuit-il. Il ne s’agit pas de les faire disparaître, mais de remettre en cause leur place.»

Lors de l’inauguration, ce jeudi aux Bains, la place de la voiture sera en l’air. Il s’agira de sculpter une automobile géante en bulles de savon, légère, pas comme les vraies. Parmi les autres rendez-vous, on cite un atelier de confection et customisation de voitures vintage en carton qui seront ensuite rassemblées sous forme de drive-in pour une projection (samedi 9 mars, place des Grottes). Mardi 12, la frénésie aéronautique sera remise en cause en partenariat avec le projet «Baissons les gaz». Lequel lance des actions sur les émissions du transport. Motif? «La Suisse refuse de toucher à sa sacro-sainte mobilité», s’insurge Yvonne Winteler, présidente de l’association Climat Genève.

Les CFF ont annoncé vendredi leur première participation au Salon de l’auto avec un stand. Qu’en dit l’Autre Salon? «Cela rejoint notre proposition de fusionner les deux événements», estime Marcel Mühlestein. «Mais il pourrait y avoir quelques conflits d’intérêts», pointe Yvonne Winteler. Et Éric Vanoncini de conclure: «C’est pour cela qu’ils auraient intérêt à intégrer notre structure plutôt que l’inverse.» Cet appel sera-t-il entendu? Une autre invitation est restée lettre morte: celle envoyée au président du Grand Conseil (le PLR Jean Romain) à assister à l’inauguration.

Créé: 01.03.2019, 18h20

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.