La rue de la Croix-Rouge est devenue trop étroite

MobilitéLes élus de la Ville réclament deux pistes cyclables, ce qui pourrait condamner la voie de bus. En attendant mieux.

La rue de la Croix-Rouge est fermée pour cause de réfection, jusqu’au 27 août.

La rue de la Croix-Rouge est fermée pour cause de réfection, jusqu’au 27 août. Image: GEORGES CABRERA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Diantre! La voie de bus sur la rue de la Croix-Rouge est en péril. Une fois les travaux terminés, elle pourrait être supprimée. La nouvelle s’est glissée dans un article que la «Tribune de Genève» a consacré la semaine dernière à cet axe qui relie la place Neuve aux grands boulevards. Il est aujourd’hui fermé pour cause de réfection, et ce jusqu’au 27 août.

La réouverture de la rue pourrait donc signifier la fin du site propre qui permet aux TPG de monter rapidement vers l’Athénée. La nouvelle surprend. Aujourd’hui, la politique consiste plutôt à favoriser les transports publics, pas le contraire. Genève aurait-il retourné sa veste?

Pas vraiment. Mais la rue est trop étroite pour répondre à toutes les sollicitations. La dernière émane des élus de la Ville de Genève. «Le 6 juin, le Conseil municipal a voté une motion pour demander la création de deux pistes cyclables», rappelle Claude-Alain Macherel, codirecteur au Département des constructions. La requête est arrivée tard, puisque les travaux étaient déjà programmés, mais la Ville tente d’y répondre.

Problème: il n’y a pas de place. Le trottoir côté Bastions, récemment refait et replanté, ne s’y prête pas. Ne reste que la chaussée. La Ville propose alors de supprimer la voie de bus en faisant le raisonnement suivant: «À l’arrêt du Palais Eynard, les voitures attendent derrière le bus, ce qui lui laisse le champ libre pour descendre, explique Claude-Alain Macherel. Nous pensons faire de même au bas de la rue, pour les bus à la montée. Ils bénéficieraient ainsi d’une voie libre quand ils repartent.»

Ainsi, la suppression de la voie de bus serait indolore. «Il s’agit bien sûr de tester ce dispositif, poursuit le fonctionnaire. S’il ralentit les bus, nous y renoncerons.»

Appliquer la loi

Le Canton, qui doit donner son aval, se montre circonspect. «La suppression d’un couloir de bus ne peut être faite à la légère, avance Roland Godel, porte-parole au Département des infrastructures. Nous défendons une approche pragmatique, en concertation avec la Ville.»

De manière générale, le Canton veut éviter le bricolage. «Nous avons clairement la volonté de développer la mobilité douce et, concernant les pistes cyclables, d’aller plus loin qu’un développement «par opportunités», en créant des bouts de pistes ici et là.» Ce discours doit couler comme du miel dans les oreilles des responsables de la Ville. Car eux aussi préféreraient aller plus loin. «Nous aimerions revoir le schéma de circulation dans tout le secteur», déclare le directeur. Cela permettrait de répondre à la nouvelle loi sur la mobilité, qui prévoit, au centre-ville, la priorité des transports publics et de la mobilité douce. «Pour ce faire, il nous faut mener une étude afin de convaincre le Canton. Car jusqu’alors, il n’a pas été très proactif.»

Les élections de ce printemps ont peut-être changé la donne, avec l’arrivée de Serge Dal Busco à la Mobilité. «Nous l’avons rencontré et j’ai eu l’impression d’une écoute sincère, commente Lisa Mazzone, présidente de l’Association transports et environnement (ATE). Depuis que la nouvelle loi a été votée, il y a deux ans, très peu de choses ont changé. On ne va pas assez vite. Il faut passer la vitesse supérieure et apaiser le centre-ville.»

Transformer la place Neuve

Dans ce contexte, la rue de la Croix-Rouge est un axe stratégique. La Ville ne se plaindrait pas si la circulation y était fortement réduite, par exemple avec un sens unique. Ce serait l’occasion, pour la place Neuve, de transformer en véritable espace public ce qui ressemble à un vulgaire giratoire. Et de démontrer ainsi les vrais enjeux de la loi sur la mobilité. Pour l’heure, Ville et Canton doivent se rencontrer pour décider du sort de la voie de bus. En attendant de déployer d’autres ambitions. (TDG)

Créé: 26.07.2018, 21h58

Articles en relation

Près de 40 chantiers perturbent la circulation

Mobilité genevoise Les travaux les plus impressionnants sont ceux de la rue de la Croix-Rouge. Trois lignes de bus et la totalité du trafic ont dû être déviées pour boucler la totalité du tronçon. Plus...

Un canton tout en chantiers et en constructions

Développement Les réalisations de logements comme de surfaces commerciales battent des records. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Tunisie: un projet de loi veut que les femmes héritent autant que les hommes
Plus...