Les Roms sont-ils un problème pour Genève?

Débat en VilleCertains accusent les mendiants venus de Roumanie d'être un fléau pour le canton, d'autres tentent de protéger leurs droits. Les Roms, criminels à pourchasser ou miséreux à défendre? Thibaut Lorin, porte-parole de l'association Mesemrom, et Patrick Lussi, député UDC au Grand Conseil, en débattront ce jeudi à 12h30 au Café des Savoises.

Des campements Roms sont régulièrement évacués à Genève, comme ici sous la passerelle des Vernets, en novembre 2007.

Des campements Roms sont régulièrement évacués à Genève, comme ici sous la passerelle des Vernets, en novembre 2007. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Attitude belliqueuse, larcins commis en bande, enfants forcés à mendier: les Roms sont accusés par certains de tous les maux. Avec les beaux jours, ils reviennent en nombre et seraient actuellement près de 200 à Genève. Ceux qui ne passent pas la nuit dans les abris PC installent des campements de fortune sous les ponts, dont il sont régulièrement délogés par la police. Mardi dernier, 4,5 tonnes de matériel ont ainsi été saisies par la Voirie sur les berges de l'Arve.

La situation exsaspère l'UDC. Ses députés viennent de déposer une motion au Grand Conseil exigeant une tolérance zéro à l'égard de «ces mendiants qui harcèlent la population». Car une loi cantonale permet, depuis janvier 2008, de sanctionner la mendicité. Un règlement que les défenseurs des Roms dénoncent. Selon l'association Mesemrom, cette répression est parfaitement inutile et coûte des sommes folles à l'Etat. Une pétition est actuellement en cours pour faire abolir cette «loi inhumaine et discriminatoire».

Ce jeudi 29 mars, Thibaut Lorin, porte-parole de l'association Mesemrom, croisera le fer avec Patrick Lussi, député UDC au Grand Conseil genevois. Ce débat public sera animé par Irène Languin, journaliste à la Tribune de Genève, à 12?h?30 au Café des Savoises (9 bis, rue des Savoises, Maison des Associations) à Plainpalais.

Les lecteurs sont invités à assister à l’échange. Ils pourront poser sur place leurs questions ou dès à présent via notre site internet en envoyant un courriel à info@tdg.ch. Les internautes ont aussi la possibilité de donner dès maintenant leur opinion via les commentaires.

Le face à face durera environ 30?minutes et sera suivi par les questions du public. Il fera l’objet d’un compte rendu avec photos et réactions du public dans la Tribune de Genève du lendemain et sur le site www.tdg.ch.

Créé: 26.03.2012, 16h16

Google Map

Les Débats en Ville de la Tribune de Genève sont menés par notre journaliste Irène Languin. (Image: Pascal Frautschi)

Caricatures

30.000 fidèles à Palexpo
Plus...