La reine des particules traque l'origine du big bang

PortraitFabiola Gianotti vient d'être reconduite à la tête du CERN, qu'elle dirige depuis 2016.

Image: VALENTIN FLAURAUD/KEYSTONE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après quinze règnes masculins successifs, Fabiola Gianotti fut la première femme à être nommée à la tête du Centre européen de recherche nucléaire (CERN), en novembre 2014. Baptisée la reine des particules, la physicienne a succédé, début 2016, à l’Allemand Rolf Heuer. Et voilà que le CERN vient de lui renouveler sa confiance pour un deuxième mandat complet de cinq ans. Une nouvelle première pour le plus éminent laboratoire de physique des particules du monde.

Inaugurée en septembre 1954 à Meyrin, cette organisation réunit 23 États membres et quelque 13'000 scientifiques de près de 100 nationalités différentes recourent à ses infrastructures. Et Fabiola Gianotti symbolise bien le poids de la physique en Italie, dans la lignée de Carlo Rubbia, Nobel de physique et directeur du CERN de 1989 à 1993.

Récemment rencontrée sur place dans une salle de réunion face au Jura, après avoir franchi d’interminables couloirs, la directrice générale ne cache pas sa reconnaissance envers le CERN. «C’est un grand privilège et une immense responsabilité d’être reconduite dans mes fonctions, nous déclare-t-elle, sous une imposante illustration de l’inévitable LHC, star des collisionneurs. Les années à venir vont être déterminantes pour poser les jalons des futurs projets, dont un nouvel accélérateur de particules linéaire ou un accélérateur circulaire plus grand que le LHC passant sous le Léman et autour du Salève.»

Marie Curie et le boson

Impressionnés à l’idée de rencontrer cette figure internationale, notre sentiment s’est vite dissipé. C’est une femme accueillante, passionnée et cordiale à la fois qui nous a dévoilé «sa seconde maison comme une combinaison unique de recherche fondamentale, de développement de technologies de pointe, d’éducation et de paix». Autant de priorités qui continueront à guider Fabiola Gianotti lors de son 2e mandat. Une femme de 59 ans qui travaille au CERN depuis vingt-cinq ans, après avoir obtenu un doctorat en physique expérimentale des particules à l’Université de Milan en 1989. Dire que cette experte, née à Rome d’une mère littéraire et d’un père géologue, avait préalablement fait des études classiques (latin, grec, histoire de l’art)! «Mais j’ai toujours été une gamine curieuse fascinée par l’Univers. Je voulais comprendre comment il fonctionnait… comme j’aimerais à présent pouvoir découvrir l’origine du big bang.»

Inspirée par Marie Curie, alors qu’elle avait 17 ans, cette physicienne s’est fait connaître comme coordinatrice de l’expérience ATLAS entre 2009 et 2013, où elle fut responsable d’une équipe de 3000 personnes. À ce titre, elle a coprésenté en juillet 2012 la découverte très attendue du boson de Higgs. Un événement historique salué par l’attribution du Prix Nobel de physique 2013 à François Englert et à Peter Higgs. Membre d’un grand nombre de comités internationaux, Fabiola Gianotti a reçu quantité de récompenses prestigieuses et s’est illustrée en devenant, en octobre 2013, l’une des 26 scientifiques du Comité consultatif scientifique auprès du secrétaire général de l’ONU, Ban Kimoon.

Un modèle pour les femmes

«C’est une grande dame, une physicienne dotée d’une aura dans le monde scientifique. À la fois brillante et très attachante, elle est vraiment appréciée ici, rapporte Arnaud Marsollier, porte-parole du CERN. Le côté humain et le charisme de la scientifique ont assurément séduit la communauté des physiciens.» Et des physiciennes. Depuis quelques années, leur nombre a bien augmenté au CERN. «Quand je suis arrivée en 1994, on recensait 5% de femmes scientifiques; on en compte 18% de nos jours», constate leur leader qui fait partie des pionnières qui ont fait exploser le plafond de verre.

Si Fabiola Gianotti veut avant tout être considérée pour ses compétences, elle se réjouit que sa position «puisse aider de jeunes femmes à entreprendre avec courage et détermination des carrières scientifiques. Ce d’autant plus que le CERN a mis un système en place pour favoriser la diversité de genre, mais aussi géographique et ethnique.»

La directrice se plaît dans ce lieu ouvert. Tout comme à Genève et dans la nature qui l’entoure. «J’aime courir près de chez moi au Petit-Saconnex.» Une bonne façon de se ressourcer, tout comme la pratique du piano, où elle excelle là encore, et les rencontres avec la famille et les amis.

Créé: 03.12.2019, 09h32

Bio en bref

1960 Naît le 29 octobre, à Rome.
1989 Obtient un doctorat en physique des particules à l’Université de Rome. Également pianiste de formation, elle possède un diplôme professionnel de musique du Conservatoire de Milan.
1994 Rejoint l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN), où elle travaille sur plusieurs expériences, avant d’être nommée, en 2009, porte-parole de l’expérience ATLAS. Dans le cadre de cette fonction, c’est à elle que revient la charge, le 4 juillet 2012, d’annoncer au monde la probable découverte du boson de Higgs.
2013 Après le quotidien britannique «The Guardian», qui la inscrite parmi les «100 plus grandes femmes d’inspiration» en 2011, le magazine américain «Forbes» la classe parmi les «100 femmes les plus influentes».
2016 Devient la première femme nommée à la tête du CERN le 1er janvier. Une consécration.
2019 Le conseil de l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) vient de reconduire Fabiola Gianotti à la direction générale de l'organisation. Son nouveau mandat de cinq ans débutera en janvier 2021.

Articles en relation

Exceptionnel! Le CERN ouvre ses portes

Les 14 et 15 septembre prochain Le CERN ouvre ses portes et propose quelque 150 activités sur neuf sites. Plus de 60 000 curieux sont attendus sur deux jours. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Braquage: La Poste renonce aux transports de fonds
Plus...