Privé de l'assistance d'Exit, il met fin à ses jours seul

GenèveLes frères du défunt avaient obtenu en justice la suspension de la procédure de suicide assisté. Il a fait sans.

Image: Illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'octogénaire qui avait requis l'aide d'Exit pour se suicider a finalement mis fin seul à ses jours, indique vendredi Exit. Ses frères avaient saisi la justice genevoise pour empêcher Exit de l'assister. Ils ont aujourd'hui déposé une plainte pénale.

Le Tribunal civil de Genève n'avait pas tranché sur le fond, mais les juges avaient interdit à Exit (Association pour le droit de mourir dans la dignité) de prescrire la potion létale à leur membre de 82 ans. Les deux frères avaient saisi la justice et contesté l'aide d'Exit, estimant que leur frère n'était pas en fin de vie.

«C'est ce qui devait arriver», a déclaré l'avocat d'Exit Yves Grandjean, qui avait plaidé devant le tribunal genevois le rejet de la requête des deux frères. Selon lui, l'octogénaire avait annoncé, lors de l'audience, qu'il mettrait fin à ses jours quoi que décide le tribunal. Il avait encore confirmé son intention par la suite.

Les proches comprenaient

Dans cette affaire, Exit n'offrait que ses services et le suicide n'est pas punissable, a rappelé M.Grandjean. «Nous ne sommes pas dans une société clanique où des frères peuvent décider du suicide d'un membre de la fratrie», a encore relevé l'avocat. Les proches du défunt, qui vivaient avec lui, avaient compris sa décision de partir.

Les deux frères, de leur côté, ont alerté le Ministère public genevois. Ils ont porté plainte contre Exit pour omission de prêter secours, a fait savoir leur avocat François Membrez. L'association ne propose pas de traitement alternatif à la mort, a-t-il déploré. Elle aurait pu proposer par exemple à l'octogénaire une aide psychologique ou une hospitalisation.

Le veuf avait fait état de souffrances psychiques et physiques intolérables pour expliquer son recours à Exit. Dans un communiqué, l'association estime que «la lenteur de la justice, qui a tenté la dissuasion par une procédure ralentie à dessein, l'a poussé à mettre fin à ses jours dans la solitude».

Critères d'assistance contestés

Devant le Tribunal civil de Genève, François Membrez avait indiqué qu'il ne s'agissait pas de juger Exit dans cette affaire. Selon lui, la procédure portait uniquement sur l'assouplissement des critères d'assistance au suicide qui avait été décidé par l'association, en 2014.

Exit apporte désormais son aide aux personnes atteintes de «polypathologies invalidantes liées à l'âge». Or, ce critère ne correspond pas aux normes de l'Académie suisse des sciences médicales (ASSM), soit la fin de vie proche, les traitements alternatifs et la capacité de discernement. Selon M. Membrez, Exit n'a pas le droit d'élargir unilatéralement les critères et doit se référer à ceux de l'ASSM. (ats/nxp)

Créé: 11.11.2016, 16h01

Articles en relation

Samia Hurst: «Tous ces avis sont certainement sincères»

Exit Pour la bioéthicienne genevoise, le cas du suicide assisté en sursis pose la question de l’acharnement thérapeutique. Plus...

Deux frères contre Exit: la justice prend son temps

Fin de vie Le suicide d’un Genevois de 83 ans reste interdit suite à la plainte de ses deux frères. Le Tribunal civil reporte son verdict. Plus...

Deux Genevois traînent Exit en justice: suicide suspendu

Fin de vie Des frères dénoncent les dérives d’Exit face à un homme à leur avis «en parfaite santé». Le tribunal tranchera. Plus...

L'aide au suicide continue d'augmenter en Suisse

Année 2015 Les patients faisant appel à Exit Suisse romande viennent, en majorité du canton de Vaud, de Genève et du Valais. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Menacé par des explosifs, le village de Mitholz sera évacué dix ans
Plus...