Prière de ne pas déranger les poissons de l’Allondon

Météo des plagesSous haute protection, la rivière et son vallon respirent à nouveau.

Dans les années 90, on comptabilisait jusqu’à 4000 personnes autour de l’eau. Les nombreuses mesures de protection du milieu naturel ont changé «la Petite Provence».

Dans les années 90, on comptabilisait jusqu’à 4000 personnes autour de l’eau. Les nombreuses mesures de protection du milieu naturel ont changé «la Petite Provence». Image: Pierre Abensur

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un vague souvenir d’enfance nous a fait prendre le chemin de l’Allondon. C’était à l’autre bout du monde, quelque part en direction du Jura, en famille, le dimanche, avec une glacière rouge et des saucisses. Une trentaine d’années plus tard, aucun panneau n’indique le chemin de l’Allondon. Mais quand on voit la route s’élever et chuter entre les vignes du Mandement, on comprend que c’est là. L’Allondon s’écoule sous le pont de Malval.

Face à la bâtisse de Pro Natura, il faut suivre l’odeur de la vase. Dans les souvenirs, nous étions des dizaines, entassés et désordonnés. Désormais, les ados amoureux ont leur grève privée, les enfants d’un centre aéré aussi, tout comme un père de famille et ses deux enfants, le regard plongé dans l’eau à la recherche de grenouilles.

L’écart entre la vision peuplée du passé et celle du présent, sauvage, s’explique. Dans les années 90, on comptabilisait jusqu’à 4000 personnes autour de l’eau. Les nombreuses mesures de protection du milieu naturel ont changé «la Petite Provence».

Désormais, un écriteau tente de dissuader les baigneurs. En été, quand les débits sont faibles, la baignade et les barrages de pierres perturbent la libre circulation des poissons, lit-on. On y plonge quand même les chevilles. «Ici, elle est chaude parce que peu profonde. Mais plus haut, c’est frais», témoigne un moniteur du centre aéré, dégoulinant. Au même moment, le jeune papa a enfin réussi à enfermer une grenouille entre ses mains, «la deuxième aujourd’hui seulement».

A 14 h 30, «on se sèche et on y va». Un peu plus haut, la curiosité nous mène au camping. Avant la sieste, l’heure est à la vaisselle aux lavabos communs. Il faut repartir en se promettant que la prochaine visite n’attendra pas une trentaine d’années.

Créé: 19.08.2017, 13h35

Articles en relation

Dans l’anse de Port-Choiseul, le promeneur trouve forcément son bonheur

Météo des plages 20° L’écrin versoisien fut le premier en Suisse à obtenir le label «Port durable» Plus...

Les usagers de la piscine de Carouge un jour de canicule

Météo des plages 28° Selon les emplacements dans l’enceinte, le profil type des baigneurs évolue. Plus...

Se déshabiller ou cueillir des fleurs: les étonnants interdits des plages locales

Insolite Les règlements des plages édictés par les communes comportent leur lot de particularités. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Nobel de la paix au Premier Ministre éthiopien
Plus...