La présumée victime suisse se confie

Affaire RamadanBrigitte, qui a déposé plainte en avril 2018, raconte à «Libération» la nuit où, 10 ans plus tôt, elle dit avoir été violée par l'islamologue suisse dans un hôtel genevois.

Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«J'ai eu peur de mourir. J'étais terrifiée et paralysée. [...] J'avais l'espoir qu'il s'endorme pour pouvoir m'enfuir. Mais il ne dort jamais. Il y avait des pauses et puis les violences redémarraient». C'est ainsi que la plaignante suisse, que la presse a surnommée Brigitte, décrit auprès de «Libération» les sévices que Tariq Ramadan lui aurait infligés dans la nuit du 28 au 29 octobre 2008 dans un hôtel genevois.

Celle qui était restée silencieuse depuis sa plainte déposée en avril 2018, a finalement décidé de parler au quotidien français qu'elle a rencontré mi-juillet mais qui publie fort à propos son témoignage aujourd'hui, après la récente contre-attaque tonitruante de l'islamologue suisse sur RMC-BFM TV, au micro de Jean-Jacques Bourdin.

Le «traquenard» dans lequel Tariq Ramadan dit être tombé, dénonçant peu ou prou un complot des plaignantes, c'est Brigitte qui dit en avoir été en fait victime. Dans le hall d'hôtel où ils ont rendez-vous, l'islamologue s'enquiert auprès de la réception si le pressing est encore ouvert. La réponse est négative. Il demande alors à ce qu'on mette à sa disposition de quoi s'occuper lui-même de ses vêtements pour le lendemain, où il a une interview à la RTS. Brigitte se retrouve alors avec un fer à repasser dans les bras qu'il lui revient de monter dans la chambre de l'islamologue. La porte de la chambre se referme derrière elle, à Genève, «cette ville-village où presque tout le monde se connaît», précise «Libération».

Tariq Ramadan l'aurait alors immédiatement «basculée sur le lit». Le prédicateur se serait mis à l'insulter et à lui asséner des claques en lui disant qu'elle aimait «ça». «Les coups pleuvent», complète «Libé» qui précise que le calvaire a duré toute la nuit jusqu'à ce que Brigitte parvienne à sortir de la chambre «en passant sous les bras de [Tariq Ramadan]».

Cette «belle femme à l'orée de la cinquantaine» telle que dépeinte par le quotidien français a mis dix ans à se décider à porter plainte. Elle se justifie en décrivant toutes ces années où la culpabilité l'a broyée, et durant lesquelles la notoriété de son agresseur présumé ne l'entravait que davantage encore.

Créé: 09.09.2019, 12h06

Articles en relation

Une accusatrice veut interdire son nouveau livre

Affaire Ramadan Tariq Ramadan dévoile l'identité de l'une de ses victimes dans son dernier livre, dont la sortie est prévue mercredi. Elle a déposé un référé pour que l'ouvrage ne soit pas autorisé. Plus...

Tariq Ramadan: «J’aurais dû dire la vérité tout de suite»

Le Matin Dimanche Selon plusieurs femmes, ses pratiques sexuelles seraient violentes et dégradantes. Tariq Ramadan sort de son silence pour étriller ses accusatrices et tout nier. La justice devra trancher. Plus...

Tariq Ramadan se défend en attaquant ses accusatrices

Justice L’islamologue prétend que les accusations de viol ne tiennent pas. Les avocats des victimes affirment le contraire. Plus...

Ramadan visé par une nouvelle plainte pour viol

France Remis en liberté mi-novembre et placé sous contrôle judiciaire, l'islamologue Tariq Ramadan n'en finit pas avec les accusations de viol. Plus...

Les enquêteurs suisses devraient interroger Tariq Ramadan en France

Justice Suspecté de viol en Suisse, le théologien, qui ne peut quitter le territoire français, devrait être auditionné cet automne, selon plusieurs médias. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après les frappes iraniennes sur l'Arabie saoudite
Plus...