Les paysans taiseux face au cas du candidat Barthassat

Élections cantonalesL’agriculture serait prête à appuyer son ministre après lui avoir lancé un avertissement.

Photographié ici à Cartigny, Luc Barthassat aurait reçu «un signal» de ses anciens collègues paysans, lesquels devraient toutefois le soutenir au second tour.

Photographié ici à Cartigny, Luc Barthassat aurait reçu «un signal» de ses anciens collègues paysans, lesquels devraient toutefois le soutenir au second tour. Image: PIERRE ALBOUY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Classé 9e dimanche au premier tour de l’élection du Conseil d’État, Luc Barthassat aurait été la cible de la mauvaise humeur des milieux agricoles. C’était l’une des hypothèses avancées lundi à l’assemblée du PDC pour expliquer la contre-performance de son magistrat chargé de l’Agriculture et issu lui-même de ce monde. Vrai?

Bien implanté dans les anciennes campagnes catholiques, le parti n’a pas démenti sa réputation de formation proche de la terre en voyant propulsé dans sa nouvelle députation un trio proche de la terre. Il comprend Patricia Bidaux, présidente de l’Union des paysannes et femmes rurales. «L’action de Luc Barthassat pour l’agriculture a peut-être été moins médiatisée», suggère-t-elle. «Il n’y a pas eu de faux pas particulier de sa part, enchaîne John Schmalz, directeur du Cercle des agriculteurs. L’agriculture le soutiendra. Mais il y a peut-être eu un problème avec le PDC à cause de son texte visant à interdire les phytosanitaires.»

Un projet de loi controversé

Signé par le président du parti, Bertrand Buchs, ce projet de loi constitutionnelle a été lancé en novembre. «Une bonne partie de l’électorat du PDC vient des campagnes, rappelle Simone de Montmollin, députée et ingénieure œnologue. On s’est questionné sur l’attitude du PDC, sur le choix d’un tel moment pour lancer ce texte. Il y a dans le monde agricole un sentiment plus général d’un déni de la part d’une partie de la population, d’un manque de compréhension face aux réalités de leurs professions, entraînant des attentes irréalistes. La paysannerie, fortement mise sous pression ces temps, espérait sans doute davantage de la présence de l’un des siens au gouvernement.»

La thèse est réfutée par Bertrand Buchs. «Luc Barthassat s’est tout de suite mis en opposition avec moi sur le sujet et, moi-même, j’ai réussi une belle réélection, y compris dans les communes rurales, relève le député. Les paysans sont taiseux et ne diront jamais clairement ce qu’ils lui reprochent!»

Une décharge redoutée

Luc Barthassat, toutes paysannes que soient ses origines, a en revanche reçu un appui mou dans les campagnes. Il ne s’est classé que 3e dans son fief de Bardonnex et est arrivé le plus souvent entre la sixième et la huitième position dans les communes rurales.

Autre hypothèse: on lui aurait fait payer le projet de décharge bioactive qui doit relayer celle du nant de Châtillon pour accueillir les mâchefers. «Cela prendra 15 hectares de zone agricole pour vingt ou trente ans, ce qui est énorme, mais cela n’empêchera pas AgriGenève de le soutenir», indique Marc Favre, président de cette organisation. Des sites sont envisagés à Satigny, Collex-Bossy ou Bernex. Mais les scores du magistrat n’y ont pas été pires qu’ailleurs. Le cas d’une gravière d’Avusy, qu’on envisage de légaliser après des années d’activité illicite, nourrirait aussi la rancœur agricole.

Peaux de banane

«Les agriculteurs sont très surveillés et lui ont peut-être fait payer telle ou telle amende qui leur a été infligée, hasarde encore René Desbaillet, ancien député et viticulteur. Il a aussi restructuré la partie agricole de son département et certains sous-chefs privés de pouvoir lui ont peut-être glissé des peaux de banane. Très politisé, le monde paysan sait qu’il y a deux tours et, au second, soutiendra Luc Barthassat, seul candidat proche de la terre.»

Lundi, face au PDC, le chef de campagne Philippe Fleury prédisait aussi: «Les milieux agricoles lui ont donné un signal: à eux de voir s’ils préfèrent la gauche.» (TDG)

Créé: 18.04.2018, 19h19

Articles en relation

Luc Barthassat a aussi été crucifié par les siens…

Elections cantonales Anatomie des biffages des candidats au Conseil d'Etat candidats sur une liste au Grand Conseil. Plus...

L'Entente confirme son ticket avec Luc Barthassat

Election au Conseil d'Etat Le PLR et le PDC défendront un ticket à trois, avec Luc Barthassat, Serge Dal Busco et Nathalie Fontanet. Plus...

Barthassat: «Mon score n’est pas une surprise»

Élections cantonales Arrivé en neuvième position, le conseiller d’État PDC chargé des Transports, Luc Barthassat, relativise. Plus...

Luc Barthassat mis en difficulté par les citoyens

Élections cantonales L'élu PDC arrive en 9e position. Le PS pourrait gagner un deuxième siège. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...