Des ONG s'engagent à payer leurs stagiaires

RémunérationVingt-sept ONG s'engagent à payer leurs stagiaires.

L'ONU et ses agences ne rétribuent pas leurs stagiaires. L'un d'entre eux, affirmant vivre sous tente l'été dernier, avait suscité la polémique.

L'ONU et ses agences ne rétribuent pas leurs stagiaires. L'un d'entre eux, affirmant vivre sous tente l'été dernier, avait suscité la polémique. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Mettre en lumière les principes de base d'une rémunération adéquate de ces personnes, que chaque organisation internationale et non gouvernementale devrait faire respecter». Voici ce à quoi se sont engagées ce mardi matin, vingt-sept ONG basées à Genève qui entendent ainsi mettre fin à une pratique surannée et une discrimination indirecte basée sur le statut socio-économique.

Ces 27 ONG ont signé une charte visant à améliorer le traitement des stagiaires, indiquent-elles dans un communiqué diffusé mardi.

La charte se concentre sur deux idées-clés. Le but d'un stage doit en premier lieu permettre à un individu d'acquérir des connaissances et une expérience pratique dans un secteur qui l'intéresse professionnellement.

Un minimum de 500 francs

Un minimum de 500 francs par mois doit par ailleurs être offert aux stagiaires pour une activité à plein temps. Une rémunération supérieure est toutefois vivement encouragée, précise le communiqué.

Celui-ci cite la Déclaration universelle des droits de l'homme, qui stipule que «chaque travailleur a droit à une rémunération juste lui permettant ainsi qu'à sa famille une existence conforme à la dignité humaine».

2000 stagiaires

La charte signée «constitue un pas fondamental vers une reconnaissance de la contribution des stagiaires au système international des droits humains», ajoute le communiqué. Ses signataires, présents sur twitter sous le mot-dièse #WePayOurInterns, pensent qu'ils seront rejoints par de nombreuses autres organisations.

En mars dernier, une «Initiative pour des stages équitables» demandait déjà une représentation juste de stagiaires de pays en développement ou de milieux défavorisés, une indemnité de base couvrant les besoins minimaux et une structure de suivi sur les stages à l'ONU. Une campagne sur les réseaux sociaux a également touché des dizaines de milliers de personnes.

Selon un sondage récent auprès de 500 stagiaires, 78% s'appuient sur l'aide de leur famille pendant leur stage et 74% viennent de pays à hauts revenus. Au total, les Nations Unies emploient chaque année environ 2000 stagiaires, le plus souvent à New York et Genève. (ats/nxp)

Créé: 15.03.2016, 12h09

Articles en relation

Stagiaire non rémunéré à l’ONU, David vit sous tente

Genève Un Néo-Zélandais s’est résigné à dormir en plein air. Il dénonce la politique de stage des organisations internationales. Plus...

Énorme élan de générosité pour le stagiaire de l’ONU

Genève La situation du Néo-Zélandais contraint de dormir sous tente a ému des dizaines de personnes. Il a trouvé où dormir. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.