À quelques mois des élections, les candidats «transfuges» font jaser

Cantonales 2018La liste PDC est celle qui compte le plus grand nombre de politiciens venus d’autres formations.

Parmi les députés sortants, sept candidats déclarés se présentent sous une étiquette différente.

Parmi les députés sortants, sept candidats déclarés se présentent sous une étiquette différente. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À six mois de l’échéance électorale, la majorité des partis s’est mise en ordre de marche. Dans ce vaste mercato politique, certains joueurs changent d’équipe. Parmi les députés sortants, sept candidats déclarés se présentent sous une étiquette différente. C’est au PDC que les nouveaux arrivants sont les plus nombreux. Le parti centriste accueille dans ses rangs deux députées sortantes: l’ex-MCG Marie-Thérèse Engelberts et l’ex-UDC Christina Meissner. Auxquelles s’ajoute le transfert de Jean-Michel Bugnion, qui a quitté la députation des Verts à la fin du mois d’août. Sans compter l’arrivée d’Alexandre Chevalier, ex-conseiller municipal en Ville de Genève, qui fut successivement PLR, Vert’libéral, PBD et désormais PDC.

19 sortants ne repartent pas

Ce remue-ménage préélectoral ne plaît pas à tout le monde. D’autant que les places sont chères. Particulièrement au PDC. Sachant que tous les partis actuellement représentés dans l’hémicycle ont bouclé leurs listes, à l’exception notable du MCG (qui compte 17 sièges), il s’avère que seuls 19 députés sur 83 ne se représentent pas. En tenant compte de la prime au sortant, le taux de renouvellement potentiel semble donc bien mince. Voire maigre au PDC. En effet, le parti orange est le seul à représenter ses dix députés actuels ainsi que les deux suppléants. Difficile dès lors pour les petits nouveaux de se faire une place. «Je crois en la possibilité d’un tournus», affirme au contraire le président du PDC Genève, Bertrand Buchs. «Tout le monde va se battre. Cette situation crée une émulation puisqu’elle nous oblige à gagner des sièges.» Même son de cloche du côté de Jean-Charles Lathion, le président du Conseil municipal, qui est aussi candidat à sa propre succession au parlement et estime que «chacun a ses chances. Nous sommes tous logés à la même enseigne puisque le parti a opté pour une liste alphabétique.»

«Pur opportunisme?»

Tout le monde au PDC ne partage pas cet enthousiasme. L’arrivée de certains transfuges ne manque pas de faire grincer des dents. Même si peu osent s’exprimer. «Les personnes qui ont quitté volontairement leur parti, par conviction, pour rejoindre le PDC constituent une force, une plus-value, analyse Alia Chaker Mangeat, conseillère municipale PDC et candidate. J’ai plus de doutes sur le revirement idéologique radical de certains qui rejoignent nos rangs suite à une exclusion. Une chose est sûre, on ne transigera pas avec nos valeurs, celles d’un centre droit humaniste.»

Une allusion à peine voilée à Christina Meissner. Au début de 2016, cette dernière était exclue de l’UDC. Une décision contre laquelle elle avait fait recours, expliquant à l’époque dans les médias qu’elle s’était beaucoup engagée pour ce parti et entendait continuer à le faire. Qu’en est-il aujourd’hui? «La page est tournée», souligne Christina Meissner. «Ce n’est pas comme si j’avais projeté d’être au PDC, reconnaît-elle. La porte m’a été ouverte au PDC. Moi, je n’ai pas changé. Je suis toujours «Verte» de cœur. Et je pense toujours que l’adhésion à l’Europe n’est pas une bonne chose pour la Suisse. Le PDC est un parti ouvert et a accepté que je sois moi-même.»

Depuis peu, la députée a intégré le caucus du PDC. «Que du bonheur!» lance-t-elle, empruntant la formule au conseiller d’État PDC Luc Barthassat. «J’allais au caucus de l’UDC la mort dans l’âme. Là, on discute, on échange, on s’écoute!» Ce que semble aussi penser Bertrand Buchs. «Il y a eu un débat en interne. Christina Meissner nous a donné les preuves qu’elle voulait s’intégrer au groupe, qu’il s’agit d’une démarche réfléchie.» Au-delà du cas de l’ex-UDC, le président du parti genevois indique: «Ces gens ont demandé à venir. Ils savent que nous avons des valeurs et y adhèrent. Cela prouve le dynamisme de notre formation.»

Alia Chaker Mangeat, quant à elle, ne peut s’empêcher de s’interroger: «La question est de savoir si l’adhésion au PDC est le signe d’une maturité politique tardive ou d’un pur opportunisme.» Concernant son cas personnel, Jean-Michel Bugnion y répond dans sa lettre de démission des Verts et du Grand Conseil, livrée à la fin du mois d’août: «Pendant des années, je me suis cru pastèque alors que je suis orange bio.» À noter que le mouvement peut être inverse. C’est en février 2016 que le député Philippe Morel quitte le PDC. Siégeant actuellement en indépendant, il se présente aux élections cantonales de 2018 au sein de la liste PLR. On peut aussi citer le cas plus ancien de Didier Bonny. Ayant démissionné du PDC en 2011, il avait intégré le Grand Conseil en tant qu’indépendant en janvier 2013. Il tente désormais de faire son retour au parlement avec les Verts.

Nouvelles formations

Restent ceux qui se lancent dans une nouvelle aventure. Quatre députés sortants intègrent de toutes nouvelles formations. C’est ainsi que Pierre Gauthier, président du Parti radical de Gauche et ex-Ensemble à Gauche, sera, selon toute vraisemblance, sur «la liste pour Genève». Il sera sûrement rejoint par Magali Orsini. Siégeant toujours avec Ensemble à Gauche, la représentante de La Gauche devrait prochainement annoncer ce changement d’étiquette.

Du MCG au GEM (Genève en marche), ils sont deux députés sortants à avoir franchi le pas. Soient Éric Stauffer et Carlos Medeiros. Mais la liste MCG n’est pas bouclée. Difficile notamment de savoir si les 17 députés actuels resteront fidèles à leur parti ou céderont aux sirènes du GEM. Réponse en janvier.

Créé: 13.11.2017, 19h07

Articles en relation

La gauche garde espoir de partir unie en campagne

Elections cantonales Les Verts lancent un appel aux cousins de l’Alternative afin de s’allier pour renforcer le poids de la gauche au gouvernement. Plus...

Le Grand Conseil règle ses comptes préélectoraux

Finances publiques Les comptes 2016 du Canton, positifs, passent leur examen. L’occasion pour chaque parti de se placer en vue des élections. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...