La mobilité, un dicastère à risque pour son titulaire

Série noireLes Transports semblent exposer au désaveu populaire. Un dossier maudit?

Le démocrate-chrétien Luc Barthassat n’est pas le premier ministre des Transports à échouer aux élections.

Le démocrate-chrétien Luc Barthassat n’est pas le premier ministre des Transports à échouer aux élections. Image: Pierre Albouy

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Encore un! Luc Barthassat n’est pas le premier ministre des Transports à échouer aux élections. Le démocrate-chrétien quitte le Conseil d’État après un mandat, tout comme celle qui l’a précédé, la Verte Michèle Künzler. À l’instar de la sécurité, la mobilité peut faire figure de tombeau de Toutankhamon de la politique genevoise. À l’image des égyptologues du siècle dernier, les magistrats qui s’occupent des déplacements sont, plus souvent qu’à leur tour, frappés par un mauvais sort.

Sur le dernier quart de siècle écoulé, seuls sept ministres ont raté leur reconduction. Mettons à part le cas particulier de Christian Grobet, évincé après avoir changé de parti. Les six autres ont tous été chargés des transports ou de la police. Ou encore des deux missions à la fois, comme cela a été le cas de Bernard Ziegler et Gérard Ramseyer, éconduits après huit ans au pouvoir, respectivement en 1993 et 2001. Tous deux estiment pourtant que la mobilité n’a pas causé leur éviction.

Tenu d’être visionnaire

Pour Bernard Ziegler (PS), il y a eu «l’affaire Grobet» et la liste à sept de l’Entente qui a généré un Exécutif monocolore. «C’est un dossier valorisant, témoigne-t-il. Il est vrai que le trafic, notamment transfrontalier, a bien augmenté depuis lors. Mais c’est un dicastère où le magistrat doit montrer qu’il a une longueur d’avance. Chacun sait qu’ouvrir les voies de bus aux motos ne peut produire qu’un effet boomerang: cette idée farfelue ne peut pas fonctionner à long terme! Et il ne suffit pas de pleurer quand Berne refuse de payer.»

«Luc Barthassat a lancé des idées originales qui, pour certaines ont été des succès, contrecarre Gérard Ramseyer. Mais sa personnalité dérange le Landernenau parce qu’il aime le rock et la moto: il souffre de son image plus que de son bilan.» Le radical estime, pour son propre cas, qu’il n’a pas été pénalisé par les transports: l’office des poursuites, notamment, a causé sa perte.

Visibilité honnie ou désirée

Depuis les années 1980, l’écologiste Robert Cramer est le seul ministre genevois de la mobilité à ne pas avoir perdu d’élection. «C’est un département que j’ai beaucoup aspiré à avoir et dans lequel j’ai eu beaucoup de plaisir, estime le Vert. Oui, on touche au quotidien des gens, mais cette visibilité, c’est tout ce que peut souhaiter un élu!» Et la poisse des autres titulaires du poste? «Ce n’est pas la mobilité qui a posé problème à Luc Barthassat, élude-t-il. Quant à Michèle Künzler, les libéraux lui ont fait payer pour les projets que j’avais fait accepter par la droite. Avec elle, les médias ont été bien plus durs qu’ils ne l’ont été avec Luc Barthassat.»

Celle qui a occupé le poste immédiatement avant le démocrate-chrétien juge aussi que les transports n’ont pas joué un rôle prépondérant dans la chute de son successeur, qu’elle impute davantage à son style personnel. «Mais à Genève, chacun pense savoir ce qu’il faut faire dans ce domaine, concède-t-elle. Chacun se croit ingénieur en mobilité du fait de sa propre expérience et croit savoir ce qu’il faut faire, mieux que le magistrat. Dans mon cas, j’ai incarné le fait que Genève doit changer en la matière.» Façon de dire qu’on le lui a fait payer. Un propos analogue à ceux tenus hier par Luc Barthassat.

Qu’en dit-on au Parlement? «Nos infrastructures ayant 40 ans de retard, il est impossible d’avoir un résultat satisfaisant dans ce domaine sans obtenir les moyens nécessaires, qui sont colossaux, analyse Michel Ducret (PLR). Et les blocs restent dans leurs conceptions figées, antibagnole ou antivélo: on a besoin d’un consensus.» Pour Thomas Wenger (PS), «C’est un dicastère magnifique où il y a beaucoup à faire, mais il doit être piloté par une personne qui sache faire des choix et ne veuille pas contenter tout le monde.»

Créé: 06.05.2018, 20h38

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

30 avions de Swiss immobilisés pour des problèmes de moteur
Plus...