Ils marchent contre l'antisémitisme

GenèveDes centaines de personnes ont marché dimanche après-midi à Genève pour dénoncer la montée de l'antisémitisme en Suisse romande.

L'association se nomme «Amis d'Israël».

L'association se nomme «Amis d'Israël». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Il est temps pour nous d'élever la voix». Face à la montée de l'antisémitisme, notamment en Suisse romande, environ 250 personnes ont marché dimanche après-midi à Genève «pour se tenir aux côtés du peuple juif».

Parmi les participants sous bonne escorte policière, venus à l'appel d'une association lancée en 2018 par des chrétiens évangéliques qui se revendiquent «amis d'Israël», l'assistance était plutôt âgée. Drapeaux israéliens, suisses et genevois cohabitaient.

Le pasteur allemand Jobst Bittner, qui avait organisé en 2007 dans son pays ces premières marches contre l'antisémitisme et l'indifférence, s'est inquiété de la recrudescence des actes «partout dans le monde». La situation en Allemagne, où ils ont augmenté de près de 50% en un an, est «très effrayante», a-t-il dit à Keystone-ATS.

174 cas d'antisémitisme en 2018

En Suisse romande, la Coordination intercommunautaire contre l'antisémitisme et la diffamation (CICAD) avait mentionné il y a deux mois 174 actes relevant de ce délit en 2018, en hausse de 16%. «Nous pensons que le message est encore plus d'actualité» que lors de la première édition il y a an, explique le président du comité d'organisation de la marche genevoise, Richard Pittet.

Plusieurs intervenants ont affiché un soutien plus politique à Israël. Sur la Place des Nations, avant le défilé, des responsables israéliens ont dénoncé l'acharnement contre l'Etat hébreu à l'ONU, huée par certains participants. Membre du parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu, la nouvelle députée May Golan a aussi affirmé qu'Israël ne reculerait pas devant les «terroristes» du Hamas qui ont ciblé son territoire depuis la bande de Gaza depuis samedi.

«L'antisémitisme d'aujourd'hui est le même que celui du passé», a ajouté cette activiste controversée pour ses positions considérées comme racistes contre les migrants en Israël. Et de dénoncer les attaques récentes contre les synagogues et les clichés dans certains journaux.

Appel à la communauté juive genevoise

Après avoir mentionné en 2018 l'attitude genevoise «de rejet» face à la communauté juive du 14e au 19e siècle, cette seconde édition a mis l'accent sur les années 30 puis la Seconde Guerre mondiale. «A Genève aussi», l'antisémitisme s'est exprimé «de manière décomplexée», affirme M. Pittet.

Des haltes étaient prévues à l'école des Cropettes, utilisée comme camp de réfugiés, puis à la grande synagogue avant de se rendre à Plainpalais. En 2018, la marche avait attiré quasiment deux fois plus de personnes, mais elle avait traversé la Suisse pendant deux mois avant d'arriver à Genève. «Nous voulons nous concentrer sur la communauté locale», dit M. Pittet.

Il souhaite notamment attirer davantage les juifs genevois, méfiants selon lui des volontés attribuées aux Eglises évangéliques de vouloir convertir les participants. Il doit rencontrer dès lundi le grand rabbin de la synagogue. Depuis 12 ans, des marches ont eu lieu dans dans 18 pays. Cette année, 70 étaient prévues, dont plusieurs en Suisse. (ats/nxp)

Créé: 05.05.2019, 16h39

Articles en relation

L'antisémitisme se déplace sur le net

Etude L'antisémitisme, s'il reste stable outre-Sarine, est de plus en plus présent sur la Toile, avec 535 incidents en 2018. Plus...

Antisémitisme: 6 policiers munichois suspendus

Allemagne Des dizaines d'officiers auraient partagé du contenu antisémite sur un «tchat» de groupe. Le ministère public enquête. Plus...

La chambre basse condamne l'antisémitisme

Etats-Unis Suite aux propos d'une élue musulmane, la Chambre des représentants a voté jeudi une résolution contre l'antisémitisme. Et la «haine» qu'il suscite. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des rentes à vie des conseillers d'Etat est proche
Plus...