Un marchand récupère 5000 œuvres saisies

GenèveLe Ministère public genevois a donné raison à un marchand d'art, qui voulait récupérer des œuvres saisies en 2017.

Six mille œuvres sont encore séquestrées par la justice genevoise. (Photo d'illustration)

Six mille œuvres sont encore séquestrées par la justice genevoise. (Photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un marchand d'art genevois a obtenu un succès d'étape dans son différend avec la justice. Le Ministère public genevois a récemment levé le séquestre d'environ 5000 objets saisis en 2017.

Toutefois, 6000 oeuvres sont toujours bloquées, a indiqué samedi à l'agence de presse Keystone-ATS l'avocat du marchand d'art, confirmant une information du quotidien Le Temps. «Ces pièces n'auraient jamais dû être saisies», estime Didier Bottge, qui affirme qu'aucun élément indique une provenance illicite des objets dont s'occupait son client.

Il porte plainte

Contacté, un porte-parole du Ministère public n'a pas souhaité faire de commentaire. Le marchand d'art a toujours nié que les œuvres venaient de pillages en Syrie ou en Irak. Auparavant, trois sarcophages avaient aussi été saisis dans une affaire où son épouse et son chauffeur avaient été placés en détention provisoire.

Deux lui seront restitués, mais le troisième sera rendu à la Turquie en 2017. De son côté, le marchand d'art a porté plainte après le vol de plusieurs dizaines de ses objets séquestrés aux autorités en charge de leur conservation. Aucun n'a été retrouvé «à ma connaissance», a encore ajouté son avocat. (ats/nxp)

Créé: 18.08.2018, 15h25

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.