Sur la ligne du Mandement, on allonge les quais pour dédoubler les trains

FerroviaireDe Genève à La Plaine, les gares s’adaptent à une fréquentation en constant essor.

Une installation provisoire accueille le passager en attendant la réfection du quai.

Une installation provisoire accueille le passager en attendant la réfection du quai. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Mais qu’a-t-on donc fait de la gare? Pour les personnes familières du village de La Plaine, la vision cause un choc. Seul un petit édicule demeure des bâtisses qui constituaient encore il y a peu la station ferroviaire la plus occidentale de Suisse. On débarque du train sur un quai provisoire tapissé d’un matériel rougeoyant et décalé par rapport à l’ancienne gare où des travaux sont en cours. Des visions analogues s’offrent à Russin, Satigny ou à la Zimeysa.

Une visite officielle a été menée jeudi sur ces chantiers qui ont démarré en septembre et doivent s’achever en fin d’année. Pour 56 millions de francs, les CFF ont entrepris de moderniser ces haltes ponctuant la plus vieille ligne du canton, inaugurée en 1858.

Leur impact le plus manifeste porte sur la dimension des quais, qui voient leur longueur doubler, à 160 mètres. Cela permettra d’y faire accoster en heure de pointe des formations doubles, accouplant deux rames régionales du Léman Express. Dès le nouvel horaire qui sera introduit le 15 décembre, il sera ainsi possible d’embarquer 600 passagers au lieu de 300.

Des élèves privés de train

Et cela tombe bien car la ligne a bien besoin de cet oxygène. «Les enfants qui partent à 7 h 30 pour le cycle d’orientation de Montbrillant où ils sont scolarisés sont parfois restés à quai à Satigny, tant le train était bondé, témoigne Anne Revaclier, magistrate de la commune. Provisoirement, on a négocié qu’ils puissent entrer en première classe sans s’asseoir en pareils cas. L’allongement des quais est donc très attendu. On espère aussi des cadences plus soutenues en soirée.»

La ligne de la rive droite du Rhône voit passer chaque jour 6000 passagers dans les trains régionaux. Il n’est guère possible pour l’heure d’ajouter des convois sur ces rails qui accueillent aussi un intense trafic international (les TER et les TGV de la SNCF) ainsi que des trains marchandises. L’extension de la gare Cornavin, attendue à l’horizon 2031, devrait permettre d’introduire une cadence au quart d’heure. En attendant, l’offre peut être doublée quand cela s’impose grâce aux nouveaux quais. Leur conception est compatible avec un possible allongement ultérieur à 225 mètres, pour le jour où on voudra introduire des convois en triple formation.

Un boom ferroviaire

Les trains régionaux du Mandement ont connu un véritable boom. Le nombre de passagers y a plus que doublé en dix ans. «La fréquentation a augmenté en moyenne de 10% par an ces dernières années et on s’attend à des augmentations de 12% à l’avenir», pronostique Mario Werren, directeur de Lémanis, l’entité commune que les CFF et la SNCF ont créée pour préparer la mise en service du réseau Léman Express. «C’est très réjouissant, poursuit-il. On constate une forte demande à Bellegarde, Seyssel réclame d’être desservi par le Léman Express et des discussions ont lieu avec le Haut-Bugey.»

Un optimisme que partage le conseiller d’État chargé des Infrastructures. «Nous travaillons déjà à une extension du réseau régional, affirme Serge Dal Busco. Je suis convaincu que le succès du Léman Express sera tel qu’on nous demandera très vite ensuite ce qu’il faut faire. Nous n’aurons pas la patience d’attendre jusqu’à 2040 pour le développer!»

Deux gares retardataires

En attendant cet envol, c’est donc déjà un doublement ponctuel de l’offre qui se prépare dans ces haltes. Mais pas toutes. Les plans concernant Vernier et Meyrin ont d’abord été recalés. Le dossier meyrinois a été repris de zéro. «Les travaux ont pu commencer en février et dureront jusqu’à la fin de 2020, indique Alexandre Denis, chef de projet. Mais on pourra sans attendre introduire les trains plus longs grâce à des installations provisoires.»

La situation verniolane est plus corsée: le projet entrait en conflit avec un voisin gênant, le pipeline qui alimente l’aéroport en carburant. Il doit bientôt faire l’objet d’une nouvelle procédure en vue d’une réalisation espérée vers 2021 ou 2022. Des quais provisoires sont là aussi prévus. On réalisera aussi une passerelle connectant la halte au site de Blandonnet, enjambant la route de Pré-Bois.

Les travaux ont aussi permis de rehausser les quais pour offrir un accès de plain-pied au train et de faciliter l’accès pour les personnes à mobilité réduite. Des marquises modernes sont en train d’être installées. Des écrans dernier cri sont aussi prévus. Quant à la gare de La Plaine, elle se satisfait d’une réfection légère en attendant une mutation plus importante que la cadence au quart d’heure devrait nécessiter dans une décennie.

Créé: 02.05.2019, 19h20

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.