Les jets de Niki Lauda repris par le genevois Sparfell

AviationLa compagnie du héros de la Formule 1, disparu il y a peu, compte treize avions. Son repreneur témoigne.

L’ex-pilote de F1 Niki Lauda est décédé le 20 mai.

L’ex-pilote de F1 Niki Lauda est décédé le 20 mai. Image: David Payr

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Triste enchaînement. La disparition il y a un mois et demi du pilote autrichien Niki Lauda, figure mythique des circuits de Formule 1, aura précipité la vente de sa compagnie de jets d’affaires au Sparfell Aviation Group basé à Genève.

«Au départ, il s’agissait d’un partenariat – nous devions entrer au capital aux côtés de M. Lauda pour développer la compagnie – mais ses héritiers n’ayant plus vocation à continuer dans l’aviation, nous avons opté pour un rachat», témoigne Edward Queffélec, directeur général de Sparfell, joint au téléphone dans les bureaux viennois du pilote disparu. Rendue publique la semaine dernière, cette cession, dont le montant n’est pas communiqué, prévoit la reprise des soixante salariés de LaudaMotion Executive.

Vingt personnes travaillent actuellement au siège genevois de ce groupe d’une centaine de salariés. Fondé en 2005 par Philip Queffélec, Sparfell – «épervier» en breton, un clin d’œil à ses origines – organise aussi bien la gestion d’avions privés que l’aménagement d’avions de chef d’États ou le courtage d’appareils. Elle est notamment impliquée dans la revente de super-jumbos A380 à la carrière écourtée.

La flotte gérée par Niki Lauda ne rassemble presque que des appareils du canadien Bombardier, dont le plus gros – un Global 7500, livré en avril – appartenait au champion. Il n’aura pas eu l’occasion de piloter cet avion qui sera mis en vente mais continuera d’être exploité – et loué à d’autres utilisateurs – par Sparfell, comme les autres appareils, dont la plupart sont basés à Vienne.

«Ce rachat et la certification d’opérateur aérien de LaudaMotion Executive nous permettront de développer ces activités à Genève en attirant d’autres propriétaires de jets», esquisse Edward Queffélec. Le groupe Sparfell a déjà géré par le passé une flotte d’une douzaine d’appareils, dont un Airbus A320, avant d’en céder le contrôle en 2015 au luxembourgeois LuxAviation.

Niki Lauda, dont le courage après son dramatique accident sur le Nürburgring en 1976 a marqué les esprits – son visage devait témoigner à jamais de son calvaire dans une voiture en feu – a créé plusieurs compagnies aériennes dans sa seconde vie. Dès 1979, il lançait les charters Lauda Air, revendus deux décennies plus tard à Austrian Airlines. En 2004 il se lançait dans la bataille du «low cost» en créant Niki, revendue à Air Berlin en 2015… puis reprise lors de la faillite de ce dernier. Il avait finalement cédé cette compagnie exploitant une quinzaine d’Airbus à Ryanair quelques mois avant son décès.

Créé: 10.07.2019, 19h50

Articles en relation

Niki Lauda a toujours vécu pour l’amour du risque

Automobilisme Triple champion du monde, patron de compagnie aérienne ou directeur d’écurie, l’Autrichien a traversé la vie sans jamais ralentir. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.