Lancy remporte la guerre des gares

CEVABerne donne raison à la Commune qui, contre l'avis du Canton, réclamait que son nom figure sur les haltes de Pont-Rouge et du Bachet.

Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La gare de Lancy-Pont-Rouge gardera son nom et sa voisine s'appellera Lancy-Bachet. C'est ce qui ressort de la décision du Département fédéral des transports (DETEC), appelé à trancher dans un litige entre la Ville de Lancy et l'État de Genève. En première instance, ce dernier avait eu gain de cause face à une entité du DETEC, l'Office fédéral des transports.

A l'automne 2016, le Canton avait décidé de réviser les noms envisagés pour les futures stations du CEVA. Afin, selon ses arguments, de mieux orienter les voyageurs et de leur indiquer clairement quelles stations étaient situées au cœur de l'agglomération genevoise, l'État décidait de renoncer à Lancy-Pont-Rouge, Carouge-Bachet et Champel-Hôpital au profit d'appellations homogénéisées: Genève-Pont-Rouge, Genève-Bachet et Genève-Champel. Lancy, qui abrite sur son territoire les gares de Pont-Rouge et Bachet, avait recouru, exigeant que ces gares portent le nom de la Commune.

Argumentaire fédéral

Celle-ci obtient gain de cause. Dans sa décision, le DETEC s'en tient à l'ordonnance fédérale sur les noms géographiques qui prévoit qu'une «station se voit attribuer le nom de la localité qu'elle dessert».Le département relève que Lancy est bien une localité et que les exceptions à la règle sont, dans la pratique, rares, notamment «en cas de fort trafic de voyageurs qui ne sont pas familiers des lieux (par exemple aéroports, stades)». Selon le DETEC, il n'y pas matière dans ce cas à changer le nom de Lancy-Pont-Rouge, déjà utilisé depuis 2002, ni de donner au Bachet le nom de la commune voisine de Carouge: d'autres gares suisses sont proches d'une frontière communale sans pour autant porter le nom de la municipalité contiguë, explique en substance le département.

«On revient à quelque chose de logique puisque ces deux gares se trouvent à Lancy, réagit Damien Bonfanti, maire de Lancy. Le Conseil municipal, qui avait menacé de ne pas voter les crédits communaux pour aménager les alentours des deux stations, va pouvoir maintenant aller de l'avant avec ce financement.» Il y en a au total pour 11,5 millions de francs. L'élu Vertrappelle que les autorités lancéennes avaient «jugé incompréhensible la décision du Canton et l'avaient interprétée comme un manque de considération et de respect».

Conseiller d'État serein

Ce sera au Conseil d'État dans son ensemble de décider s'il recourt ou pas contre la décision, laquelle serait alors revue par le Conseil fédéral. En l'état, le magistrat responsable du dossier, Antonio Hodgers, semble pouvoir vivre avec le verdict du jour.

«Ce qui importe, bien plus que le nom des gares, c'est que les gens viennent y prendre le train, philosophe le ministre écologiste. Il est juste étrange que le DETEC désavoue un de ses offices, alors que c'est justement cet office qui avait incité Genève à adopter une approche métropolitaine dans sa nomenclature. Il est par ailleurs regrettable que Carouge perde le nom d'une gare, ce qui est peu sympathique de la part de sa voisine lancéenne...»

Quid de Carouge?

«Les Carougeois pourront toujours venir prendre le train au Bachet, sourit Damien Bonfanti. Et ils auront peut-être un jour leur propre gare au Val d'Arve.»

À noter que la Cité sarde ne pouvait pas être partie de la procédure, aucune des stations au nom litigieux ne se trouvant sur son territoire. La nomenclature retenue explicitera donc que Carouge est pour l'heure vouée à rester la seule ville suisse de plus de 20'000 habitants dépourvue de gare voyageurs. «Nous n'avons pas eu voix au chapitre en tant que ville voisine, regrette Nicolas Walder, maire de Carouge. Je trouve dommage que le Canton ait tout voulu lisser au niveau genevois et que Lancy ait fait de l'ethnocentrisme. Le nom Carouge-Bachet aurait eu le mérite de mieux orienter les visiteurs se rendant dans notre commune. Mais tout cela ne retiendra pas les Carougeois de prendre le train.»

La décision du DETEC avalise en revanche la nouvelle dénomination de Genève-Champel, au lieu de Champel-Hôpital. (TDG)

Créé: 28.03.2018, 12h29

Articles en relation

Berne avalise le nouveau nom des gares du CEVA

Genève La Ville de Lancy, éjectée de la carte ferroviaire, est résolue à recourir. Plus...

Lancy et Carouge sont fâchées d'être dépossédées de leurs gares

CEVA Le Conseil d'Etat opte pour les dénominations Genève-Pont-Rouge et Genève-Bachet. Lancy va recourir. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...