En juin à Genève, les élèves sont déjà en mode vacances

ÉducationL’école vient de finir. Mais certains élèves n’ont plus cours depuis dix jours. Le DIP explique les raisons de ces vacances anticipées.

La dernière semaine avant les vacances d’été, les cours cessent. Dans les faits, ils s’arrêtent même avant, dans certains établissements.

La dernière semaine avant les vacances d’été, les cours cessent. Dans les faits, ils s’arrêtent même avant, dans certains établissements. Image: ODILE MEYLAN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’école vient de se terminer. Officiellement, le dernier jour tombait ce 28 juin. Mais les élèves du Cycle d’orientation étaient déjà en vacances depuis une semaine au moins. Parfois plus: dans le calendrier d’un établissement que nous avons consulté, il est prévu, dès la mi-juin, de rendre les casiers, et dès le 20, de partir en course d’école, de rendre le matériel, de nettoyer les classes et même de participer à une soirée disco. Mais de suivre des cours, il n’en est plus question. Que justifie ce relâchement?

Les interrogations sur l’organisation de la fin de l’année scolaire ne sont pas nouvelles. En 2015, le député PLR Jean Romain déposait une motion pour que les élèves travaillent jusqu’au terme de l’année ( lire ci-contre ). Le Département de l’instruction publique (DIP) reconnaissait alors une «forme de dérive en regard des exigences d’enseignement» durant les trois dernières semaines d’école. À la rentrée suivante, il appliquait des réformes, exigeant notamment la tenue d’activités à caractère pédagogique et un horaire régulier jusqu’à la fin de l’avant-dernière semaine d’école. En revanche, la dernière semaine, les cours cessent. Dans les faits, ils s’arrêtent même avant, dans certains établissements.

Permettre les conseils

Ce choix interroge. Il est lié à une multitude de facteurs, précise Guylaine Antille, secrétaire générale adjointe et responsable de communication interne du DIP. «Les cours sont suspendus pour permettre la tenue des conseils de classe et garantir les processus de la préparation de l’année scolaire ainsi que les transitions vers le secondaire II», résume-t-elle. Les conseils réunissent l’ensemble des professeurs d’une classe et servent notamment à examiner la situation des élèves en difficulté. Ils se tiennent sur trois jours, un jour par degré du cycle.

Ne peut-on pas placer ces conseils le premier jour des vacances, afin d’éviter de libérer les élèves avant la fin de l’année? Irréalisable, soutient le DIP. En raison des impératifs d’inscriptions, qui permettent de garantir la rentrée scolaire dans les délais, et parce qu’il faut que les parents soient joignables pour discuter de l’orientation de leur enfant.

Pourquoi, alors, ne pas les tenir en fin de journée, après les cours, tout au long du mois de juin? Là encore, le DIP répond par la négative. «Cela nécessiterait de prolonger la période consacrée à ces conseils, et donc d’anticiper la reddition des notes.» Julien Nicolet, membre du bureau du syndicat des maîtres du cycle (FAMCO), développe: «Sachant qu’il y a environ 45 classes par cycle et qu’il faut au minimum trente minutes de conseil par classe, cela nécessiterait une durée beaucoup plus longue!» Or, le calendrier n’est pas extensible, relève-t-il, en mentionnant la date butoir du 27 juin pour les inscriptions au secondaire II ou leurs confirmations. Et faire commencer les conseils plus tôt implique d’arrêter d’évaluer plus tôt. «Cela voudrait dire qu’il faudrait garder plus longtemps en classe les élèves alors qu’ils ne sont plus évalués. Le faire durant deux à trois jours c’est faisable, plus cela devient difficile.»

Gardiennage pédagogique

Cette semaine de congé ne semble pas émouvoir les parents. La Fédération des associations de parents d’élèves de l’enseignement obligatoire (FAPEO) indique ne pas avoir eu de plainte de ses membres sur ce sujet. «La situation était certes insatisfaisante il y a quelques années, mais depuis les réformes, elle semble réglée», rapporte sa secrétaire générale, Anne Thorel Ruegsegger.

Parmi ces insatisfactions figurait notamment l’encadrement durant les dernières semaines d’école. Des parents regrettaient que les maîtres se contentent de passer des films en classe. «Mais nous n’avons plus eu de retours de ce type depuis la mise en place des mesures du DIP pour répondre à la motion», relève la secrétaire générale. Aujourd’hui, l’avant-dernière semaine est occupée par des sorties scolaires et des activités organisées. Julien Nicolet concède que c’est plus du «gardiennage» que de l’enseignement, «mais ces activités sont pédagogiques. Par exemple, je fais jouer mes élèves au «GE de lois» que nous avons créé pour rendre l’apprentissage de la citoyenneté ludique. Certains collègues organisent des sorties, passent des films en lien avec leur enseignement, entre autres.»

Ce «gardiennage» revêt une dimension récréative plus que studieuse. Ce n’est toutefois pas forcément un problème pour Anne Thorel Ruegsegger. «On peut «travailler» d’une manière différente, du moment qu’il y a un intérêt pédagogique ou social (échanges, expériences partagées, etc.).» Et d’ajouter qu’il faut être réaliste: «Il est très compliqué d’intéresser à quoi que ce soit de scolaire des élèves qui ont reçu leurs notes.»

Une semaine de flottement

Même le député PLR Jean Romain semble satisfait par l’organisation actuelle. «Je n’ai jamais demandé que les élèves travaillent le vendredi 28 juin jusqu’à 17 h. Lorsque j’ai déposé ma motion, qui faisait écho à des problèmes pointés par les parents, il y avait trois semaines de flottement. Aujourd’hui, il n’y en a plus qu’une. Si cela convient aux parents et que le DIP ne peut pas faire autrement à cause de contraintes administratives, alors le but de ma motion est atteint. Je ne tiens pas à être plus royaliste que le roi.»

Créé: 29.06.2019, 09h03

Articles en relation

Les élèves frontaliers n’iront pas à l’école à Genève: recours annoncé

Instruction publique La Chambre administrative juge le règlement du Conseil d'État conforme au droit. Son président ne veut pas de «tourisme scolaire». Plus...

L’école primaire du Mail a fêté ses 100 ans d’existence en beauté

Éducation Les élèves de l’établissement, âgés de 4 à 12 ans, ont célébré cet anniversaire en se plongeant dans le passé. Plus...

Lancy déborde d’enfants. Une nouvelle école s’impose

Éducation Le DIP a sous-estimé le nombre d’élèves à La Chapelle. Des classes devront être construites à l'Adret. Plus...

Problème empoigné en 2016

En 2015, le député PLR Jean Romain dépose une motion pour demander que les élèves de l’école obligatoire étudient jusqu’à la fin de l’année scolaire. En réponse, le Département de l’instruction publique (DIP) présente un rapport tout en reconnaissant que le système n’est pas satisfaisant durant les dernières semaines d’école.

À la rentrée 2016, le DIP prend des mesures: les épreuves cantonales en fin d’année dans les branches principales (EvaCom) sont avancées pour les deux premiers degrés du cycle d’orientation. Celles-ci entraînaient des libérations d’élèves à la chaîne durant la semaine des EvaCom, mais aussi après, lors des conseils de classe. Ces épreuves sonnaient aussi symboliquement la fin des cours. Le DIP exige par ailleurs un enseignement jusqu’à la fin de l’avant-dernière semaine. Cela implique que les conseils de classe ne peuvent plus débuter avant la dernière semaine d’école, alors que c’était souvent le cas. A.T.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...