«Janus» la bicéphale fête ses 20 ans et un record mondial

InsoliteLa célèbre tortue du Muséum bat des records de longévité. Grâce à un terrarium spécial, des UV et aucune activité sexuelle.

La tortue Janus est née avec deux têtes au Muséum d’histoire naturelle de Genève.

La tortue Janus est née avec deux têtes au Muséum d’histoire naturelle de Genève. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est une curiosité. Une mascotte. Et une battante. Ou devrait-on dire «ce sont». La tortue Janus est née avec deux têtes. En pleine nature, elle n'aurait pas fait long feu. Mais elle a percé sa coquille au Muséum d’histoire naturelle de Genève. Les collaborateurs de l’institution lui ont offert une vie dans du papier bulle, enchaînant les mesures pour la préserver. Aujourd’hui, elle est devenue la mascotte de l’institution et s’apprête à fêter ses 20 ans, une exceptionnelle longévité.

«Un cas rare, un miracle!»

La tortue J anus, baptisée en référence à la divinité romaine aux deux visages, pointe ses deux becs le 3 septembre 1997. La bicéphale chauffait depuis plusieurs semaines dans les couveuses que le Muséum d’histoire naturelle mettait alors à disposition des privés. La propriétaire de Janus décide d’en faire don à l’institution, plus à même de s’occuper de cet animal unique. Une aubaine pour les chercheurs. «C’est un cas extrêmement rare, explique Andreas Schmitz, chercheur au Département d’herpétologie (étude des reptiles et des amphibiens), qui s’est occupé de Janus de 2005 à 2012. Dans la nature, un animal avec une telle malformation meurt généralement rapidement, notamment parce qu’il ne peut pas protéger sa tête dans sa carapace.» L’ancien record de longévité d’une tortue bicéphale en captivité était de 6 ans. «Janus atteint les 20 ans… Elle est en train de battre un record du monde, c’est un petit miracle!»

Bain matinal et salade frisée

Un miracle qui bénéficie d’un coup de pouce des collaborateurs du Muséum, qui ne ménagent pas leurs efforts. Chaque matin, la tortue a droit à un bain tiède. «Ça lui permet de se relaxer et de boire. Car il n’y a pas de bassin dans son terrarium. Si Janus tombait dans l’eau, elle pourrait se noyer.» Une fois par semaine, c’est séance d’UV «pour fixer la vitamine D et consolider sa carapace, fragilisée par une malformation». La composition de son régime alimentaire est précise, salade frisée et tomates, surtout pas d’aliments difficiles à digérer. Et tout effort important est proscrit. Alors Janus est privée de vie sexuelle… «Pendant l’acte, les tortues sont hyperagitées. Janus n’est pas habituée à autant de stress, ce serait risqué.»

L’environnement de la bicéphale a aussi fait l’objet de longues réflexions. Son terrarium est pratiquement vide, un désert pour sa sécurité. «Si elle trébuche sur une pierre ou une branche et qu’elle se retrouve sur le dos, elle ne parvient pas à se retourner à cause de sa malformation. Une nuit entière dans cette position et elle risque la mort.» Même le sol de l’habitat est personnalisé. «Janus ne peut pas se déplacer normalement, elle glisse plutôt qu’elle ne marche. Donc si le revêtement du sol est trop rugueux, cela use sa carapace, s’il est trop lisse, la tortue patine! Il a fallu trouver un juste milieu.»

Encore faut-il que Janus veuille bien marcher… «Avec ses deux cerveaux, elle se retrouve parfois dans des situations conflictuelles… si l’une des têtes veut partir à gauche et l’autre à droite, le corps s’arrête! L’une des têtes est un peu plus dominante et prend généralement le dessus.»

Tortue à valeur émotionnelle

Toutes ces précautions sont à la hauteur de la renommée de l’animal, devenu la mascotte du Muséum. «Elle est aussi connue internationalement dans le monde scientifique et a une valeur émotionnelle énorme pour les Genevois. Quand on avait dû la déplacer pour effectuer des travaux, on a croulé sous les appels inquiets qui demandaient si elle était morte!»

Et si elle venait justement à mourir, finirait-elle empaillée ou baignant dans l’alcool? Andreas Schmitz sourit: «Pour l’instant, on ne parle pas de ça. La question qui se pose aujourd’hui, c’est plutôt: sur le gâteau, on met 20 bougies ou 40, soit 20 pour chaque tête?» (TDG)

Créé: 18.08.2017, 20h19

Articles en relation

Les tortues de Chavornay vivent des jours difficiles

Environnement En cours d’extension, le petit centre suisse de protection des tortues a été victime du printemps maussade. Plus...

Les tortues abandonnées ont leurs bassins

Chavornay (VD) Des bassins inaugurés vendredi, à Chavornay, sont destinés à recueillir les tortues dont les propriétaires ne veulent plus. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...