L’Hospice général engage une stagiaire avec un hijab

Religion La présidente de l’Association suisse vigilance islam accuse l’institution de s’asseoir sur la laïcité. L’Hospice s’en défend.

L'Hospice général a accepté une stagiaire portant un foulard pour un stage de six mois dans l’un de ses centres d'action sociale.

L'Hospice général a accepté une stagiaire portant un foulard pour un stage de six mois dans l’un de ses centres d'action sociale. Image: HG

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une stagiaire portant un foulard a récemment été engagée par l’Hospice général. La jeune musulmane, étudiante à la Haute Ecole de travail social à Genève (HETS), se familiarise au métier d’assistante sociale durant six mois dans l’un des centres communaux de l’institution. Elle est donc en contact avec le public. Sur son blog, la présidente de l’Association suisse vigilance islam, Mireille Vallette, accuse l’Hospice de s’asseoir sur la laïcité de l’Etat. L’institution, elle, s’en défend.

Si Genève se définit comme un canton laïque, aucune base légale ne précise pour l’heure ce qui est autorisé et interdit en la matière. Pour éviter les quiproquos, le Département de l’instruction publique a publié en 2016 une brochure rappelant les principes en vigueur depuis une vingtaine d’années. On y lit que les signes religieux ostensibles sont interdits pour les enseignants et les collaborateurs en contact avec les élèves mais tolérés pour ces derniers. Par analogie, la plupart des institutions publiques genevoises appliquent les mêmes règles. Ces directives ont été étendues à l’ensemble des «collaborateurs de l’Etat et des communes en contact avec le public» dans le projet de loi sur la laïcité actuellement discuté en commission.

Elève ou employée?

Une étudiante en stage professionnel reste-t-elle une élève ou est-elle soumise aux mêmes règles que les employés de l’institution? Pour Bernard Manguin, porte-parole de l’Hospice, la nuance est d’importance: «Il ne s’agissait pas ici d’engager une personne en tant qu’employée, mais de donner à une étudiante l’opportunité d’effectuer un stage de six mois afin de lui permettre de mener ses études à bien. S’il est vrai que la stagiaire est en contact avec les usagers de l’Hospice général, elle n’a aucun pouvoir de décision sur la situation d’un bénéficiaire.»

Bernard Manguin souligne par ailleurs que la jeune femme a le visage découvert et que le voile «tel qu’il est porté ici n’est pas différent des foulards que portaient nos aïeuls il n’y a pas si longtemps. Nous ne le considérons donc pas comme un signe religieux ostentatoire.» Selon l’institution, la tenue vestimentaire de l’étudiante n’a d’ailleurs pas posé de problème ni au sein de l’équipe ni auprès des bénéficiaires.

Conseil d’Etat divisé

Que pense le Conseil d’Etat de la position de l’Hospice? Lorsque la Ville de Genève avait autorisé l’une de ses employées en contact avec le public à porter le hijab, Pierre Maudet, magistrat chargé du dossier sur la laïcité, s’était montré virulent. Il avait dénoncé «une approche irresponsable et choquante ouvrant la porte au communautarisme». Défend-il la même position pour une stagiaire? A la veille de l’élection au Conseil fédéral, le libéral-radical n’était pas disponible pour nous répondre. Le MCG Mauro Poggia, magistrat de tutelle de l’Hospice, estime pour sa part que «le foulard, selon la manière dont il est porté, n’est pas l’expression d’une affiliation déterminée à une religion ou à une ethnie». Il en conclut donc que la ligne rouge n’a pas été franchie.

Avant de décrocher son stage à l’Hospice, l’étudiante musulmane avait essuyé plusieurs refus d’autres institutions publiques et associations. Elle réfléchissait alors à arrêter ses études. Cynthia Gaillard Cardona, chargée de communication à la HETS, confie que c’est la première fois que l’école est confrontée à cette problématique. Elle considère cependant que la question devrait être discutée avec les partenaires de terrain. D’autres jeunes femmes portant le foulard viennent d’intégrer l’école et risquent d’être confrontées aux mêmes difficultés.

(TDG)

Créé: 19.09.2017, 17h59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Russiagate: y a-il eu collusion entre Trump et Poutine?
Plus...