Une «Sàrl» de la cocaïne et de l’héroïne condamnée

AnnecyDix-sept prévenus ont écopé de peines allant de 18 mois à 7 ans selon leur rôle dans cette «société albanaise à responsabilité limitée».

Les juges ont prononcé des peines allant de dix-huit mois à sept ans d’emprisonnement.

Les juges ont prononcé des peines allant de dix-huit mois à sept ans d’emprisonnement. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Quelques instants après l’annonce du verdict, le cliquetis des menottes résonne dans la salle d’audience. Logique vu le nombre de prévenus. Ils sont dix-sept, quasi tous Albanais, à avoir été condamnés hier soir par le Tribunal correctionnel d’Annecy. Après deux jours de procès, les juges ont prononcé des peines allant de dix-huit mois à sept ans d’emprisonnement selon le rôle des uns et des autres dans cette entreprise lucrative spécialisée dans l’héroïne et la cocaïne.

On trouve là, pêle-mêle, «le Blond», «Queue de cheval» ou encore «Rambo», de leurs surnoms. Pour l’occasion, le box a revêtu une cage de verre et plus d’une vingtaine de gendarmes et policiers assurent la surveillance des lieux. S’ajoutent deux traducteurs en albanais et une traductrice en serbo-croate pour permettre les échanges avec les prévenus.

Un dispositif hors norme pour une grosse affaire de stupéfiants. En témoignent les kilos d’héroïne écoulés en quelques jours ainsi que les dizaines de milliers d’euros engrangés. Mais le plus exceptionnel dans cette affaire réside dans le fait que l’organigramme complet a pu être reconstitué: il va des trois associés à la tête du trafic aux simples vendeurs en passant par les fournisseurs venus de Hollande et de Belgique. Une véritable «Sàrl», devenue dans la bouche des enquêteurs une «société albanaise à responsabilité limitée».

«Café», «bille» ou «blonde»

En août 2016, des habitants voisins du stade d’Annecy alertent la police concernant la reprise du point de vente sous leurs fenêtres. Une surveillance accrue débute. Filatures, écoutes téléphoniques et géolocalisation des véhicules permettent aux enquêteurs de découvrir un système bien huilé et fort rentable. Selon les estimations, le point de vente du stade génère alors un chiffre d’affaires de 4000 à 5000 euros par jour. Idem pour celui du Pont-Neuf. S’ajoute un troisième point de vente. Appelée «café», l’héroïne est vendue 100 euros le sachet de 5 grammes. Tandis que le gramme de cocaïne, «bille» ou «blonde», s’écoule au prix moyen de 70 euros.

Trois associés dirigent la «SARL». Trois Albanais âgés de 26, 31 et 33 ans – les deux derniers ont un casier judiciaire en Suisse. L’aîné du trio a ainsi été condamné à Genève en 2010 et 2014, notamment à quatre ans pour des faits similaires. «On veut lui faire payer son passé et notamment son casier en Suisse», estime son conseil, Me Philippe Metral. Et d’ajouter: «On est loin du businessman décrit par le procureur. Il est standardiste, tout au plus.»

A l’heure des plaidoiries, chaque avocat tente de minimiser le rôle de son client et de donner des éléments de personnalité susceptibles d’adoucir la sentence. Me Georges Rimondi souligne: «Ce sont des hommes que vous jugez et non uniquement des faits et des quantités.» Il faut dire que les chiffres donnent le vertige. A l’image de ceux concernant les appels aux lignes clients qui permettaient aux consommateurs de passer commande. Certaines sont appelées 100 fois par jour en moyenne et jusqu’à 300 à 400 fois lors de pic. En un mois de surveillance policière, les appels et messages s’élèvent à plus de 4500.

Réseau sans frontière

L’enquête révèle que la drogue vient de Hollande ou de Belgique et identifie des fournisseurs et convoyeurs. A l’image de ce Serbo-Croate habitant en Italie, interpellé avec un pain d’héroïne dans son camion sur l’autoroute. Ou de cet autre qui fait coup double en livrant en un voyage à Genève et en Haute-Savoie.

La marchandise transite ensuite par le Genevois haut-savoyard. Un grossiste basé à Annemasse se charge de la planquer. Lors de son interpellation à l’orée de la forêt sont découverts quatre pains de 500 grammes d’héroïne enfouis dans la terre ainsi que de précédentes caches. Sans compter les liasses d’euros et de francs suisses, trouvées à son domicile.

Un appartement de Doussard sert pour la préparation et le conditionnement des stupéfiants. Une fois l’avis des testeurs recueillis, les points de vente peuvent être approvisionnés. Puis, place aux vendeurs. «Je trouvais le produit sur place, dans un trou», décrit l’un de ces «ouvriers» à la barre. Le soir venu, il remet la recette du jour. «Je touchais 10 euros par zip vendu.» Des offres commerciales du type un zip gratuit pour cinq zips achetés ainsi que des relances par SMS étaient enfin pratiquées.

De quoi inciter le procureur à requérir à l’encontre des dix-sept prévenus présents dans la salle des peines d’emprisonnement ferme allant de dix-huit mois à neuf ans. Au vu des condamnations prononcées en fin de journée, les juges ont été moins sévères. Mais visiblement pas au point d’être sensibles à l’argumentaire de Me Olivier Levandowski. Au terme d’un rappel de l’histoire de l’Albanie, l’avocat parisien avait présenté les prévenus comme «des survivants qui sont venus en France à la recherche d’une vie meilleure». Ils repartent menottes aux poignets. (TDG)

Créé: 13.10.2017, 13h45

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dénoncetonporc
Plus...