Le réseau social qui mise sur le «porno de proximité»

InternetBasé à Nyon, Social Porn se veut le pendant pornographique de Facebook et vise l'international.

Le créateur de Social Porn est actif dans le porno sur le Net depuis une vingtaine d'années.

Le créateur de Social Porn est actif dans le porno sur le Net depuis une vingtaine d'années. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La plate-forme ressemble à n’importe quel réseau social traditionnel. Des utilisateurs, «des amis» connectés et reliés entre eux, publient, partagent et commentent des fichiers, éventuellement de leur cru. On se croirait sur Facebook, mais la comparaison s’arrête là.

Car ici, les photos de vacances et les vidéos de chatons ont été remplacées par des séances de strip-tease, des vidéos d’ébats sexuels et autres photos particulièrement suggestives. Bienvenue sur Social Porn, à mi-chemin entre le site de rencontre et le site pornographique classique.

«Avec YouPorn, YouTube a sa version X, j’ai donc voulu créer le pendant pornographique de Facebook, qui ne publie pas de contenus X et censure ceux qui s’y risquent», explique le responsable sous couvert d’anonymat, un trentenaire actif dans le porno sur le Web depuis la fin des années 1990.

Lancée il y a moins d’un an, l’adresse connaît des pics de fréquentation après avoir récemment fait la une du Matin. «Avec toutes ces connexions en même temps, le site a un peu tourné au ralenti», sourit le responsable de socialporn.com, qui a enregistré plus de 4000 nouveaux membres actifs en quatre jours, portant le total de la communauté Social Porn à 90'000 personnes.

Cinq millions de francs

Côté chiffres, le site, qui emploie dix personnes, annonce un chiffre d’affaires annuel de 5 millions. Les inscriptions étant gratuites, Social Porn tire ses revenus de certains services payants.

Inscrit récemment, un couple de Romands a par exemple décidé de facturer ses séances d’exhibitions nocturnes, parfois les vidéos de ses rapports. «L’utilisateur fixe ses tarifs et nous prenons une commission», poursuit le responsable, qui voit déjà plus loin. «Nous nous lançons sur le marché anglo-saxon à l’automne!»

Expérience faite, Social Porn, qui fait la part belle au porno classique et à ses vedettes, arbore aussi une dimension plus «amateur», en présentant des images de simples quidams, souvent en pleins ébats et dans leur plus simple appareil.

Profils faciles

La semaine dernière, 24 heures a tenté l’expérience Social Porn en créant deux profils imaginaires: l’un pour une certaine «Amanda», l’autre pour un dénommé «Jonathan». Les deux inscriptions se sont faites sans aucun contrôle, ni de l’âge ni du sexe. Une passivité et un laxisme loin d’être inédits sur le Net, mais qui posent la question de la sécurité, notamment des plus jeunes (lire ci-contre).

Le site étant majoritairement fréquenté par des hommes, c’est sans surprise le profil féminin d’«Amanda» qui a rencontré beaucoup plus de succès. Tandis que «Jonathan», invité sur plusieurs pages mais à qui on a peu adressé la parole, parvenait tant bien que mal à engager la conversation, «Amanda» croulait sous les demandes. Entre propositions indécentes, aventures d’un soir, orgies ou sollicitations de s’exhiber et de se caresser face caméra.

«Internet, où la masse crée un sentiment d’anonymat, a libéré la possibilité de s’exhiber à grande échelle»

«Internet, où la masse crée un sentiment d’anonymat, a libéré la possibilité de s’exhiber à grande échelle», observe Gianni Haver, professeur de sociologie de l’image à l’Université de Lausanne (UNIL).

Plus généralement, le sociologue associe le phénomène Social Porn à une évolution de la pornographie. «L’image de Rocco Siffredi honorant en même temps une dizaine de jeunes filles ultramaquillées, souvent refaites, a vécu. L’esthétique très léchée et improbable du porno traditionnel où l’on vend de l’inaccessible cède peu à peu du terrain à un porno plus amateur, de proximité, dont les «acteurs» sont des gens qu’on pourrait croiser au coin de la rue», poursuit Gianni Haver, qui, anonymat du Web oblige, ne peut s’empêcher une mise en garde. «On ne sait jamais qui se cache derrière la belle blonde.»

Créé: 02.03.2015, 17h56

La délicate question du contrôle

«Que se passe-t-il si une fille mineure s’inscrit, rencontre un homme et se fait violer? Qui est responsable?» Avocat spécialisé dans les nouvelles technologies, Me Sébastien Fanti est «un peu stupéfait» par Socialporn.com.
Et pour cause: le site, ouvertement pornographique et dont l’ambition est de mettre les utilisateurs en relation, ne contrôle ni les âges ni les identités des nouveaux adhérents. «Comment filtrent-ils ce qu’on publie sur le site, comme la pédophilie ou la zoophilie?» s’interroge Me Fanti, évoquant un business «très risqué».

Si le responsable concède qu’il se peut que des mineurs
se trouvent sur Social Porn, il rappelle que ceux qui veulent s’exhiber via webcam sont, eux, soumis à un contrôle d’identité, carte d’identité à l’appui. Expérience faite, l’achat de monnaie virtuelle et l’accès à des contenus payants sont en revanche possibles sans prouver son âge. «Nous ne tolérons pas ce qui est illégal. Tout ce qui a trait à la zoophilie est immédiatement retiré. Une équipe veille au grain», poursuit le responsable, qui en appelle également à la vigilance des parents.

Pas convaincu, Me Fanti souligne un autre problème lié à ce genre de sites: la protection des données. «Les images de rapports sexuels postés sur le site peuvent se retrouver sur d’autres sites pornos. Et les faire disparaître, quand c’est possible, coûte des dizaines de milliers de francs.»

Articles en relation

Larry Flynt, magnat du porno, fête les 40 ans d'«Hustler»

Etats-Unis Larry Flynt, l'empereur du porno et provocateur en chef, célèbre les 40 ans de son magazine X «Hustler». Une carrière qui se double d'autant d'années de combats pour la liberté d'expression. Sa vie avait fait l'objet d'un film réalisé par Milos Forman. Plus...

Être accro au porno réduirait la matière grise

Recherche psychiatrique Selon une étude allemande, des hommes qui passent beaucoup de temps à regarder de la pornographie sur internet paraissent avoir moins de matière grise dans certaines parties du cerveau et une activité cérébrale réduite. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.